AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

 Et la bénédiction fut accordée au sourd [finit :<]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
conscience vouée à l'errance
avatar
conscience vouée à l'errance


MESSAGES ▲ : 168
DATE D'INSCRIPTION ▲ : 13/01/2015
AVATAR ▲ : Batteur {OFF}
DIT ▲ : Faux Prophète
ANECDOTE ▲ : mégaphone sur pattes
FICHE RS ▲ : + Anatomie d'un point de pression +

+ Ring the Hullabaloo +
+ BRB à jamais +

MessageSujet: Et la bénédiction fut accordée au sourd [finit :<]
Mar 13 Jan - 19:47

Vox
Barks barks barks barks barks barks barks barks barks.
Informations Générales
APPELLATION - Vox

   SURNOM -Faux Prophète

   ÂGE PHYSIQUE - Début de vingtaine

   METIER - Homme-sandwich multi-récidiviste, il n'arrête pas de se faire virer car il finit par abandonner ses pancartes ou tout simplement il se met à gueuler des slogans qui ont rien avoir, harcelant même certain passant. Il faut à chaque fois aller le rafler pour lui redonner un job car il se perd et oublie souvent la place qui lui a été attribuée au départ.

   LIEU DE RESIDENCE - Ethernite

   GROUPE - Vagabond

   NAISSANCE - Le charivari

   
Description Physique
« barks barks barks barks barks barks barks barks barks barks barks barks barks barks barks »
Deux pairs d'iris
Une paire d'oreilles
Une paire de bras
Une paire de jambes
Une paire de pieds
Un tronc
Une tête.
On s'en fout de tout ça.

J'ai une bouche, une bouche qui crie qui siffle, qui a la peau craquelée à force de hurler d'exploser mes mots de les enfoncer dans vos crânes, car c'est vous qui importez, c'est vous que je hais vous que je dois convaincre, vous dont l'apparence est primordiale. Vous ou cette chose. Mais on s'en fout, on s'en fout de tout. La chair ourlée et rose s'étire toujours entre moues de colère et d'indignation.

C'est parce qu'on se fout de tout que j'ai une paire de poumon, qui gonfle, insuffle, montre les crocs sous ma peau sous ma cage seyante, car je suis un écorché oui monsieur, un homme de masse, mais dont on voit les os, car je les vois moi partout, les petits tracas. Ce qui monte ce qui monte chercher en moi tout l'embarras, tordre mon nez droit qui fait galoper mes jambes effilochées dans la rue pour aller enfin, peut-être, agripper quoi quelqu'un n'importe, on s'en fout juste pour desserrer l'air vicié qui est en moi juste pour faire claquer ma langue dans une rythmique qui je l'espère, séduira vos tympans jusqu'au sang ou au poing levé. Moi moi....derrière ma barrière de dents bien alignées et serrées c'est un monde de revendication qui se gargarise qui s'entend et se répète lui-même envers et contre tous sans distinction.

Jusqu'à mes doigts tremblant le soir, lorsque je ne sais plus, je ne sais plus contre quoi me faire entendre, lorsque ma voix s'éteint et qu'il n'y a plus que du brouillard dans ma caboche, derrière les sourcils blanc froncé, derrière le rouge et le noir de mes pupilles agitées. J'ai des sueurs froides sous la paillasse laiteuse qui recouvre mon crâne, elles descendent le long de mon cou ; elles transpercent mon corps et ce qui le recouvre, comme une frontière entre mon âme et le monde. Alors je monte mes larges mains jusqu'au visage de la vérité, je les plaque contre mes quatre paupières fermées, et je répète, je répète inlassablement tout ce contre quoi je suis en guerre et dont il me faut taire le nom.

Jusqu'à ce que j'implose puis explose à nouveau.
ANECDOTE
« barks barks barks barks barks barks barks barks barks barks barks barks barks barks barks »
¤Se shoot aux feuilles de houblons, coquelicot, au passiflore et à la valériane, volant toutes les décoctions -parfois par la force- sur lesquels son regard se pose. En ingurgiter des masses est le seul moyen qu'il a trouvé pour réussir à dormir.
¤Lorsqu'il est en dèche, où que ça ne fait pas assez effet, il se rabat sur le pavot ou la solanacées vireuses et y reste une fois sur deux.
¤Le ton de sa voix est toujours élevé, c'est simplement un réflexe pour se rassurer car parfois le bruit en lui est tellement oppressant qu'avec un ton normale il ne s'entendrait pas causer.
¤Même si sa "baraque" se trouve à Ethernite, il oublie souvent sa position et se balade dans tout Libra.
¤Il n'a pas bonne mémoire tout court, et a du mal à rester concentrer, même si ce focaliser sur un point a ou une personne b est ce qu'il passe ses journées à essayer de faire.
¤Il n'aime pas son surnom mais au moins il y a le mot prophète dedans, puis c'est toujours mieux que "le mec qui gueule" il suppose.

   
description morale
« barks barks barks barks barks barks barks barks barks barks barks barks barks barks barks »

   La condition de sa naissance écrase et oppresse sa personne. Il est totalement régi par elle, il vit et souffre par elle. Il la considère comme un cadeau empoisonné, une maladie qu'il ne peut pas éradiquer. Il rêve de faire exploser ce monde et que plus rien n'existe, juste pour ne plus lui-même exister. Il est en tout point anti-thémis. De par son trouble, c'est une personne très anxieuse, stressée, angoissée. Il pose beaucoup de barrières entre lui et les autres simplement parce qu'il a beaucoup à faire avec lui-même. De ce fait beaucoup penseront qu'il est totalement insensible à ce qui l'entoure, en plus d'être présumé fou. C'est à moitié vrai et à moitié faux, il est la plus part du temps insensible puisque résister à la douleur qui le ronge de l'intérieur lui prend une énergie émotionnelle considérable ; dans certains moments plus calme par contre il fait preuve d'une très grande douceur, assez craintive. Comme son corps est quasiment nuits et jours consumé par le feu pour lui, il a du mal à le gérer lorsque celui-ci n'est plus habité que par quelques braises crépitantes l'espace d'un soubresaut de répits.

Il est de ce fait, la plupart du temps furieux ou de mauvaise humeur, non seulement à cause de ce qu'il doit subir au quotidien, mais aussi à cause de la non reconnaissance possible des autres de ce kyste musicale effroyable qui l'occupe en entier. Celui-ci étant invisible et surtout, inaudible aux autres. Psychologiquement parlant, ça l'aide énormément de crier et de hurler pour extérioriser sa souffrance, ou même de se battre, de casser les objets qu'il tient. Même si cela créer du stress et de la souffrance pour les personnes qui l'entoure, paradoxalement ça l'apaise un peu. Il est très loin d'être sadique, il prend rarement les gens en considération sauf pour les invectiver, ou pour tenter d'avoir une bribe de conversations. Vox est une personne plus que solitaire, et qui a du mal à vivre en se sachant en dehors des cercles sociaux normaux de la société de Libra.

Son comportement lunatique verse dans les deux extrémités, de l'ultra violence à la végétation la plus totale. Tout dépend du bruit intérieur qui se répercute en lui, à quels endroits, quels sons. C'est un vagabond plus que curieux, il est sans cesse à vouloir divertir son esprit, essayer de se focaliser sur autre chose que ce qu'il entend ou ressent sans relâche. Lorsqu'il n'y a rien de particulier autour de lui, il commence à ressasser en boucle sa douleur et le fait qu'il la ressente comme une injustice, dérivant beaucoup ensuite dans ses pensées plus ou moins haineuses envers à peu près tout et n'importe quoi. La pression qu'il subit chaque jour fait pour lui, de la vie un véritable challenge. D'ailleurs, il ne la tient pas en haute estime, et il n'est pas rare qu'il se suicide lorsque le tout devient insupportable. Puisqu'il ne peut pas extérioriser littéralement son mal-être, il le laisse exploser figurativement en balançant ses émotions au-devant de lui-même, parlant les trois-quarts du temps sans réfléchir, et de toute façon, en se fichant éperdument des conséquences le plus souvent.
histoire d'une vie
« barks barks barks barks barks barks barks barks barks barks barks barks barks barks barks »

   J'ai vomi du son, c'est ainsi que je suis arrivé. Un égout de mauvais goût et de mécontentement qui explose dans la foule. Une seconde de calme et de bruits diffus avant que la pression ne détruise le peu de cohérence de l'ensemble. Va savoir va savoir, de quoi au final, il s'agissait. Un éclat plus haut que les autres, une rumeur qui ne s'éteint pas, la confusion, la confusion du bruit tout autour qui s'amplifie et s'amplifie et s'amplifie jusqu'à saturation. D'un mouvement de foule la pensée ne s'est pas foulée je suis né arrivé, mâché dedans et bientôt tel l'enfant fœtus : naquit trop tôt hurlant une litanie de douleur et d'énervement devant l'air devant l'inextricable situation de cette sensation. Désastre ambulante, mon cœur bat la chamade sur des rythmes qui font faux bonds. C'est le dérèglement précoce d'un système nerveux qu'il entreprend. D'un regard révulsé j'ai déversé et recraché toutes les cymbales qui tiraillaient mes cordes. J'étouffe dans le cachot de mon corps, j'étouffe dans le rituel des pas un deux trois des personnes devant et derrière moi. Chèvre bêlante j'ai clopé jusqu'à un promontoire. Et c'est là voyez-vous, là devant la belle vue, devant tous les visages inconnus devant le monde et tout ce qui ne va pas avec lui que je me suis couronné. Sur l'estrade des monuments je suis le roi du défoulement, j'enflamme le parquet de mes rugissements à tout vas. J'ai sautillé de rues en rues pour contaminer et copuler mes idées, sous les injures, sous les noms parjures. Car de faux je n'ai rien si ce n'est -accordez moi miséricorde pour mes prophéties- d'avoir voulu croire en votre initial appel.

Du bien ou du mal plus rien ne compte lorsque votre vous empereur souffre de démences musicalement incommunicables. J'ai des papillons de fers dans mon ventre qui résonnent et butinent le suc de mon essence mélomaniaque. Je suis une machine qui surchauffe constamment, un amant en amour avec un mégaphone, j'ai pris le taureau par les cornes, mais même fiché contre les banderoles je continue à rire une tonitruante flopée d'invectives ancrées jusque sous mes ongles. J'ai essayé de les arracher j'ai essayé d'être perroquet, j'essaierai encore, mais que dire que faire qu'entendre lorsque mon propre moi me ment. Lorsque mon propre corps mène une rébellion. J'ai mal j'ai mal j'ai mal d'un mal introuvable. Du son, du son planté dans la chair. Du bruit vrillé dans le crâne, une nuit blanche qui encombre ma gorge. Je déraille constamment, dérivant de ville en ville, de place en place dans l'espoir de quoi ? De quoi...car même lorsque les seules cordes de mon arc physique se brisent l'espace d'un instant rien ne cesse.

Tout empire. C'est un monde dans mon corps, c'est l'enfer et le paradis qui se chamaillent et font naître la cacophonie, de quoi suis-je fais, je me le demande. Je me suis déjà dissous le corps à quelques acides mais toujours il revient, encore plus fort, encore plus acerbe. Montant le volume, jusque derrière mes pupilles. Il cogne si fort moi aussi j'ai envie de cogner, c'est tel un chant de gloire, tel un hymne au combat. Ça tape de partout en mon sein ça m'ordonne presque. libère-toi libère-toi qu'elle scande ! La musique traîtresse, mais rien ne se libère. Des braises qui s'agitent en moi lorsque enfin je m'apaise, réanimées par le premier vent venu, par le premier venu aussi. J'ai expiré à l'infini un requiem distordu mais ça ne finit jamais, n'est-ce pas injuste ? Toute chose née doit bien mourir un jour. Mais quid de l'immortalité du nouveau-né ? C'est un blasphème que de respirer en trompetant ! Serais-je un martyre ? Sommes-nous des martyres ? Je continue de courir, je suis un chien auquel on a lié la queue à l'orchestre de la dissonance, à chaque pas, chacun de mes cils qui balayent les images frustrantes, c'est les chants le plus ignoble qui s'époumonent le long de mes parois.

Et quelle tristesse, quelle désolation, de savoir que je suis seul à entendre ces doux sons, dont la douceur n'est égale qu'à mille bambins striant l'air de cris difficilement humains. C'est le jugement dernier qui détonne en moi, mais qui pour me croire, qui pour applaudir mes vociférations lorsque la pression se brise et déglingue les vis de chacune de mes jointures ? PERSONNE, c'est pour cela que j'ai pris le mégaphone. Le cône que l'on nomme mégaphone, tout ce qui peut porter ma tonalité devient méga pour moi puisque je ne peux fermer la nuit sur mon âme ; puisque je ne peux m'ouvrir et laisser tout mon contenu se déverser une bonne fois pour toute, je le déballerai lorsque de trop, de trop je ne pourrai plus le retenir en moi. Je suis une cocotte-minute dont le sifflet ne s'arrête jamais, tourne follement, la soupape juste suffisante pour que rien n'explose, tout bien maintenu, entrelacé dans un squelette martelé en permanence par la souffrance. Mon corps est un cachot de fer dans lequel la malice du temps mort m'a scellé à double tour. Chaque jour j'ai le loisir de contempler les loquets, de forcer et de chanter à qui mieux-mieux dans l'espoir de les faire tomber mais rien ne bouge, rien...jamais rien...rien que des larmes, rien que du "vide" en moi. Lorsque sous le coup des tambours, j'oublie tout de l'être qui me compose. Lorsque je suis le chien aphone qui ne sait plus quoi faire de ses aboiements.

Le Silence
Dire que je ne réclame qu'une minute de silence.

Un arrêt, un ciseaux assez tranchant pour éviscérer l'invisible, un mixeur de notes. Je le broierai, je les siphonnerai et je prierai dans l'espoir que les lames de l'engin ultime les nettoient de cette terre. S-U-R-V-I-V-R-E do re mi fa sol la si do Une boucle lettrée, par-dessus le tumulte que je produis déjà do re mi fa sol la si do je répète le mot sacré, porte étendard de mon combat. Survivre à la vie qui n'a jamais cessé de n'être qu'un vacarme sans queue-ni-tête.
Et derrière l'écran ?
feat BATTEUR 【OFF】

   PSEUDO - mir ou mirmir

   SEXE - agenré petit curieux

   AGE - je suis né le 6 septembre (muffin for me ahah c'est tout ce que vous aurez de ma peau !)

   BLABLA PERSONNEL - Dormir c'est la vie

   COMMENT AVEZ-VOUS TROUVÉ BLINDFOLDED - Edit: j'ai eu son approbation sooo tada, c'est Comewil qui m'a montré la voie B]

   QUE PENSEZ-VOUS DU FORUM - Soyez assurés que je le trouve parfait.

   DES RECLAMATIONS OU RECOMMANDATIONS ? - Rien ne me viens à l'esprit là.

   LE MOT DE LA FIN - Je réclame réparation à Satyre pour m'avoir brûlé les yeux avec sa vidéo de xavier dolan. (j'étais pur avant) (je veux redevenir enfant) (j'ai dû ouvrir tout une page de lui en mode normale pour pouvoir apaiser mon âme)

codage par sahara sur blindfolded.forumactif.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
conscience vouée à l'errance
avatar
conscience vouée à l'errance


Féminin

MESSAGES ▲ : 116
DATE D'INSCRIPTION ▲ : 29/12/2014
AVATAR ▲ : Calcium - Vocaloid
DIT ▲ : La Pestilence.
ANECDOTE ▲ : Est la Pourriture / Sent le cadavre / Les insectes sont ses amis / Aime les fleurs
FICHE RS ▲ : LAMBEAUX x ERRANCES

MessageSujet: Re: Et la bénédiction fut accordée au sourd [finit :<]
Mar 13 Jan - 19:58

Bienvenue Vox !

Le physique de ton personnage fait un peu peur (dixit la pourriture 8D) mais j'aime beaucoup la façon dont tu l'as écrit. J'ai hâte de voir la suite, et aussi de savoir quelle sera la naissance de Vox ** (son métier est pas mal aussi, ça doit être marrant de le voir clamer des slogans improbables xD)


Fétide pourrit en #A30400
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
conscience vouée à l'errance
avatar
conscience vouée à l'errance


MESSAGES ▲ : 168
DATE D'INSCRIPTION ▲ : 13/01/2015
AVATAR ▲ : Batteur {OFF}
DIT ▲ : Faux Prophète
ANECDOTE ▲ : mégaphone sur pattes
FICHE RS ▲ : + Anatomie d'un point de pression +

+ Ring the Hullabaloo +
+ BRB à jamais +

MessageSujet: Re: Et la bénédiction fut accordée au sourd [finit :<]
Jeu 15 Jan - 20:57

Ok je sais pas pourquoi mon premier message a été supprimé ??? wtf forumactif.

Donc je remerciais une nouvelle fois Fétide pour son message douillet et je prévenais que j'ai finis ma fiche :3 voilàà.


Ring:
 

Cadeauw:
 

Merci à mon Amour pour ce vava  ghost_cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coeur souillé de noirceur
avatar
coeur souillé de noirceur


Féminin

MESSAGES ▲ : 534
DATE D'INSCRIPTION ▲ : 16/05/2014
AVATAR ▲ : tyki mikk
DIT ▲ : luccio, ébénito
FICHE RS ▲ : due; tre

MessageSujet: Re: Et la bénédiction fut accordée au sourd [finit :<]
Jeu 15 Jan - 21:01

image de bienvenue
BIENVENUE SUR LIBRA ••

Ca y est, te voilà validé et prêt à parcourir les grandes plaines de Libra. Tu as désormais accès à l'ensemble du forum et est libre de rp avec le reste des âmes !

N'oublie cependant pas d'aller jeter un coup d'oeil aux bottins pour faire recenser ton personnage notamment.

Et surtout, amuse-toi bien et puisse ton voyage durer ! ♥


Une fiche très sympa à lire, te voici enfin validé après de multiples rebondissements & aventures ! :) Bon jeu à toi Vox !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://celska.deviantart.com/

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Et la bénédiction fut accordée au sourd [finit :<]

Revenir en haut Aller en bas
 

Et la bénédiction fut accordée au sourd [finit :<]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
  :: Identification :: Première Encre :: Arrivée à Libra-
Bouton UpBouton Down