AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

 ❮ Haut les frites ❯ ▸ MB

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
corps éthéré de pureté
avatar
corps éthéré de pureté


Féminin

MESSAGES ▲ : 21
DATE D'INSCRIPTION ▲ : 11/01/2015
AVATAR ▲ : Slaine Troyard - Aldnoah Zero
DIT ▲ : Bibi
MessageSujet: ❮ Haut les frites ❯ ▸ MB
Lun 2 Fév - 21:51

Être garde était un métier épuisant. Il y avait toujours quelqu’un pour troubler le calme de Libra, toujours une bagarre qui se déclarait pour un oui ou pour un non, toujours des papiers qui traînaient partout qu’il se devait de ramasser, toujours, toujours une tâche qui souillait le sol et…

Crux commençait à avoir la migraine. Aujourd’hui n’était pas un bon jour. Aujourd’hui, il avait passé une heure supplémentaire à trier son petit déjeuner et replier ses affaires, pour ensuite être plongé dans le chaos de la ville. Tout le monde avait l’air particulièrement excité et prêt à mettre la ville sans dessus dessous et Crux, eh bien, il peinait. Peinait à faire son travail tout en fixant les pavés décalés.

Honnêtement, il était presque persuadé que tout le monde était comme d’habitude, sauf que lui ne l’était pas. Sauf que lui avait très mal dormi, que tout lui semblait en désordre, qu’il y avait un pli horrible sur sa chemise, que ses genoux étaient sales, que ses gants avaient des traces de terre et… Et ses cheveux avaient l’air de se moquer ouvertement de lui, ayant refusé avec passion d’être plaqués sur son crâne. Ils avaient tenu une ou deux heures, avant que Crux ne s’élance à la suite d’une gamine qui avait renversé tout un étalage de fruits, et mon dieu que cette gamine courrait vite. Du coup, ses cheveux étaient encore plus en désordre que d’habitude et ça le démangeait de se recoiffer à chaque fois qu’il se voyait refléter dans une vitre, ce qui était particulièrement fréquent. 

Non, ça n’était vraiment pas un bon jour et le blond se serait volontiers passé de travailler aujourd’hui. Mais voilà, il était un honnête homme et il ne pouvait décemment pas demander un jour de repos parce que ses TOCs se tapaient un gros délire aujourd’hui. Il aurait eu l’air bien, tiens.

Il venait tout juste d’éviter un cheval de justesse (pourquoi il y avait tant de chevaux ici, pourquoi) lorsqu’il décida qu’il était l’heure de prendre son break. Les rues se calmaient toujours en tout début d’après-midi et il ne pouvait décemment pas faire son job avec l’estomac l’injuriant de tous les noms parce qu’il ne voulait pas le nourrir. Et puis, lessivé comme il était, il avait bien besoin de reprendre des forces.

Sur ses belles pensées, il se mit à chercher un endroit tranquille où se remplir la panse. Il avait pensé, un instant, rentré chez lui, mais de peur qu’il finisse par y rester trop longtemps, se décida à choisir un endroit facile d’accès au service rapide, histoire de. S’il perdait déjà une demi-heure à trier ses aliments, hein…

Crux n’avait jamais été à une baraque à frites avant. Honnêtement, il trouvait ça, assez… Etrange. Et gras. Et pas forcément très hygiénique. Mais il avait faim, la baraque était devant lui, l’odeur était alléchante et au diable tout cela, il avait juste vraiment envie de manger. Il frotta doucement son estomac qui protestait ouvertement contre les réflexions de son cerveau tout en s’avançant pour commander, yeux plissés sur la marchandise, incapable de s’empêcher de regarder ce qui s’y passait.

Le vendeur, un garçon châtain, semblait occupé à… A faire peu importe ce qu’un vendeur de frites pouvait bien faire en début d’après-midi. L’heure de pointe semblait être passée en tous les cas, Crux en était bien heureux.

Il s’éclaircit la gorge, espérant ainsi attirer l’attention du garçon, mains liées et crispées dans son dos, regard vaguant indiscrètement sur la baraque.

Il n’allait pas tomber malade, hein? Il n’était pas encore trop tard pour se sauver en courant.

Malheureusement, déjà le garçon se tournait vers lui.

Crux se mit à prier, silencieusement.



#1E9397
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
corps éthéré de pureté
avatar
corps éthéré de pureté


Masculin

MESSAGES ▲ : 24
DATE D'INSCRIPTION ▲ : 11/01/2015
AVATAR ▲ : Rigby ▬ Regular Show.
DIT ▲ : Satoru-kun.
ANECDOTE ▲ : Je sais tout ♥
FICHE RS ▲ : « I can almost hear you scream »

MessageSujet: Re: ❮ Haut les frites ❯ ▸ MB
Jeu 7 Mai - 2:48

Gtrfhdjgf.

Lorsque les cordes vocales du garçon avaient tenté de reproduire cette pensée oh combien cohérente, elles s'étaient retrouvées face à un soucis épineux : quoi qu'il grogne et quoi qu'il soupire, ça ne sonnait jamais exactement comme il l'aurait voulu. Ce n'était pas un problème qui remontait à la veille – ni à l'avant-veille, pour ce que ça importait – ni même à l'avant-avant-veille, en fait ; c'était beaucoup plus lointain que ça. Techniquement, vu le peu de choses dont il se souvenait, ça datait même de « toujours ». S'il y avait eu autre chose avant (et c'était probable), eh bien il ne pouvait pas le prendre en compte de toute façon. Depuis toujours, donc.
Quand il parlait de problème, bien entendu, il ne faisait pas référence à l'incapacité affligeante de sa gorge à prononcer des amalgames de consonnes collées les unes aux autres. Enfin, ça aussi, mais pas que. Il faisait plutôt référence à la nullité crasse des mots qu'il employait, jamais suffisamment précis pour exprimer son sentiment. Quelle langue pourrie. Ça manquait de vocabulaire tout ça. Ils auraient pu communiquer par télépathie mais nooon pensez-vous, il fallait articuler et tout ça. Blah blah blablrgrfd.
D'un autre côté il se demandait aussi pourquoi ils étaient obligés de se déplacer, de travailler, de boire et de manger (quoi que les deux derniers avaient gagné un passe-droit magique depuis qu'il s'était rendu compte que c'était à la fois super agréable et pas contraignant) ; c'était quand même un touuut petit peu bizarre de devoir faire tout ça. Ça servait à quoi au juste, hein. Surtout travailler. Pourquoi travailler. QUI voulait travailler. Personne ne voulait travailler.
Franchement, rien que le mot donnait la nausée.

Ou bien c'était l'odeur des frites qui commençait à lui monter au nez. A voir.

Un des seuls avantages que le jeune homme voyait dans son emploi absolument enrichissant restait que s'il avait faim, ben, il n'avait pas à parcourir mille kilomètres. C'était juste là, à portée de main. Pas certain que ce soit conseillé de saboter sa propre entreprise mais booon, ce n'était pas la disparition de quelques frites qui allait le tuer. Ou tuer qui que ce soit, vraiment.
Et puis ça lui permettait de voir plein de gens différents ; or s'il n'adorait pas inconditionnellement se taper la discut' avec des clients parfois désagréables, il aimait en revanche pouvoir en reconnaître un maximum. Les noms étaient importants. Les petits détails apparemment sans grand sens aussi. S'ils avaient leurs habitudes, il finirait par les capter. S'ils demandaient toujours trente-six frites et pas une de plus, ça le marquerait.

A quoi ça lui servirait, après... Il n'en était pas à ce stade de réflexion. Peut-être aimait-il juste collectionner les informations. C'était un hobby comme un autre, non ?

Pas de ceux dont on peut se vanter, d'accord. Mais. Pas de quoi jeter un bébé par la fenêtre non plus.

Et wow, pourquoi un bébé au juste ?

Perdu dans ses pensées on ne peut plus intéressantes (il les trouvait intéressantes, en tout cas – même s'il ne comprenait pas très bien comment un bébé avait pu s'incruster dedans, au moins, il ne l'avait pas encore jeté par la fenêtre ; c'était bon à savoir) MB ne remarqua pas immédiatement qu'il y avait quelqu'un en train d'attendre. Il fallait savoir que jouer à déplacer les frites avec la pince aurait pu l'occuper des heures durant sans le lasser. C'était terrible. Le pouvoir hypnotique des patates. Entre ça et changer l'ordre des sauces toutes les deux minutes, il n'était pas prêt de vouloir rentrer chez lui. L'éclate totale. Wouhou.
Oui, il s'ennuyait. Sans rire.
Lorsqu'il se fit rappeler à l'ordre par un toussotement poli, le garçon se décida enfin à poser ses yeux bruns sur le cli... ent. Cheveux clairs, assez grand, yeux verts. Mouais. Ce bref examen lui appris que ce type aurait mérité d'être un peu tapé pour venger tous les petits bruns du monde ; cependant, il s'en tint là. Il n'allait pas l'ébouillanter pour si peu.

« Booonjour. » Après une brève moue, il lui adressa un sourire. « Vous voulez ? »

Et s'il disait « à votre avis ? », « n'importe quoi j'ai super faim » ou « bha, des frites » , il jurait de faire un hamburger avec sa tête. Gratuitement.


Hors RP :
 



#806954
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
corps éthéré de pureté
avatar
corps éthéré de pureté


Féminin

MESSAGES ▲ : 21
DATE D'INSCRIPTION ▲ : 11/01/2015
AVATAR ▲ : Slaine Troyard - Aldnoah Zero
DIT ▲ : Bibi
MessageSujet: Re: ❮ Haut les frites ❯ ▸ MB
Mar 2 Juin - 16:43


Il aurait probablement encore pu prendre ses jambes à son cou; après tout, le vendeur ne l’aurait probablement pas suivi pour le prier de lui donner sa commande - il n’avait pas l’air si désespéré. Mais non, non Crux, tu ne vas pas fuir le danger. Les bactéries n’ont qu’à bien se tenir, il va les manger, ses frites. Et ses… Il y avait quoi, au juste, dans une friterie. Il n’avait pas l’impression d’avoir souvent rencontrer ce genre de baraques. Rien de bien surprenant, passer son temps chez les vendeurs de rue ne faisait justement pas partie de son planning très, très chargé. 

Mon dieu, il pouvait presque sentir les bactéries à chaque inhalation de la délicieuse odeur de friture. Bon. Bon. Elles seront cuites une fois qu’il les tiendrait dans sa main, ça n’avait pas d’importance, n’est-ce pas? Il passait ses journées avec les bactéries, ça ne devrait pas être un problème. Le problème restait la taille des frites. Et leur couleur. Et leur texture. Il allait devoir fermer les yeux et essayer par tous les moyens d’ignorer ses terribles pulsions. 
Uh. Le menu était de travers. Est-ce qu’il devait le signaler? Non, parce que ça pouvait être très gênant pour les clients et… le business… affecter ses affaires… terriblement…. Personnellement, ça ne lui donnait pas envie d’acheter, mais de se jeter tout entier dans l’huile brûlante. De se rendre aveugle à vie pour ne plus jamais avoir à revoir ce menu de travers. Il blaguait. Bien entendu. 

A moitié.

C’était très distrayant pour être tout à fait honnête. Si, pour une personne lambda, s’aurait été un petit détail de rien du tout, pour Crux, c’était une mini-apocalypse mentale dans un si mauvais jour. Il avait la vicieuse impression que le panneau le narguait. En bref, il n’arrivait même pas à se concentrer sur le contenu du menu et était à deux doigts de se jeter au cou du vendeur pour qu’il le remette droit; et remettre, par la même occasion, le col de son t-shirt. C’était à peine s’il avait la force de le regarder dans les yeux- il ne l’avait pas, en fait. Son regard retomba immédiatement sur le col du t-shirt avant de retourner sur le menu qui restait de travers malgré toutes ses sommations mentales. Il était foutu. Complètement foutu. 

Et le cuisinier - on appelle ça un cuisiner?- qui le regardait, attendant avec une patience remarquable sa réponse. Tout cela ne faisait que monter le stress et Crux le sentait, il le savait, il allait finir par faire une bêtise s’il continuait à laisser monter la pression alors il devait parler vite et maintenant et…

« C’est de travers. »

Boom, d’un coup, sans explication ni rien. Il s’y reconnaissait bien. Une voix un peu trop basse, les sourcils froncés, la mâchoire serrée et une sorte d’aboiement qui lui sort de la bouche sans vraiment qu’il ne le souhaite; c’était tout lui, la terreur du quartier. Crux soupira, repoussa une mèche de cheveux qui lui obstruait la vision avant de reprendre plus calmement, point par point.

« Votre menu, je veux dire. Il est de travers et…, il fit un drôle de geste pour lui indiquer son col, votre col également. »

Il adressa un semblant de sourire au pauvre garçon en face de lui, contrit, avant de laisser retomber ses bras le long de son corps, se sentant vite très idiot.

« Désolé, je ne voulais pas vous sembler si désagréable, c’est juste plus fort que moi. »

C’est juste tout lui, plus précisément.



#1E9397
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
corps éthéré de pureté
avatar
corps éthéré de pureté


Masculin

MESSAGES ▲ : 24
DATE D'INSCRIPTION ▲ : 11/01/2015
AVATAR ▲ : Rigby ▬ Regular Show.
DIT ▲ : Satoru-kun.
ANECDOTE ▲ : Je sais tout ♥
FICHE RS ▲ : « I can almost hear you scream »

MessageSujet: Re: ❮ Haut les frites ❯ ▸ MB
Jeu 2 Juil - 4:57

Hmmmmmm. Okaaay. Après les premières secondes de blanc, MB se décida à détourner son regard des yeux du garçon – parce que définitivement, le fixer comme un psychopathe fini n'allait pas lui donner envie de commander quoi que ce soit. Du moins ne pensait-il pas que ça aide, quoi. Il n'aurait pas aimé être regardé intensément pendant qu'il réfléchissait à la sauce qu'il voulait mettre sur ses frites –  et s'il voulait autre chose que des frites, d'ailleurs ; genre des boulettes, ou... Le genre de saucisse, là. Retenir le nom des trucs et machins qu'il vendait n'était pas totalement la priorité du jeune homme. Quand il entendait un mot, il savait à quoi l'associer ; c'était à peu près suffisant. Et puisqu'il n'était pas bien difficile en matière de nourriture trop grasse et trop salée, il portait à tous ces aliments le même amour paternel. Cannibale, certes, mais paternel quand même. Un peu.
Attendant patiemment que Monsieur se décide à faire autre chose que regarder, le brun tapota doucement ses doigts contre son jean. Il commençait doucement mais sûrement à comprendre ce que ressentaient les vendeurs lorsque quelqu'un rentrait dans leur magasin, furetait partout en prenant tout ce qui leur passait sous la main pour mieux les remettre en rayon et se barrer comme un fleur dix minutes après. C'était tellement méchant. Du temps de perdu, des espoirs réduits à néant...  Et tout ça pour des sadiques qui avaient décidé de consacrer leur vie à être cruels de la pire façon qui soit : en toute passivité. S'ils vous criaient dessus, au moins, vous aviez une raison de vous énerver et de leur demander de ne plus jamais revenir ; s'ils ne faisaient rien d'interdit ou d'impoli, en revanche, c'était plus compliqué.
Agiter une clochette et lâcher « ding dinggg votre temps de réflexion est écoulée, hors de ma vue » n'aurait pas aidé son capital sympathie. Ce type avait pas l'air bien méchant, en plus. Au premier abord.

Jusqu'à ce qu'il ouvre la bouche, quoi.

Tout d'abord interdit, MB releva la tête vers lui pour mieux hausser un sourcil perplexe dans sa direction. Deee travers. Okay. Bizarrement, il doutait que ce soit sa façon de dire « je voudrais une portion de frite avec du ketchup, merci ». Ça ressemblait plus à un reproche à peine déguisé. Les précisions qui suivirent bon gré mal gré sa première remarque ne firent que renforcer cette idée : et si le vendeur n'avait pas été si occupé à ne pas en revenir, probablement s'en serait-il un tout petit peu vexé. Pas qu'il se trouve spécialement méticuleux ou bien habillé, mais bon, ce n'était pas une raison pour en faire la critique.
Sauf que là, c'était juste... De travers. Apparemment. Regard instinctivement baissé vers ses clavicules, il ne put que constater avec tristesse que voir le col de ton t-shirt était plus compliqué qu'il n'y paraît pour tout être humain possédant un menton de taille standard. Ça lui donnait l'impression de loucher sur une tâche ou sa poitrine inexistante, tant qu'à faire, et ce n'était pas spécialement plaisant. De toute façon, c'était débile. Qui se préoccupait d'un truc un peu décalé, sérieux ?

« Désolé, je ne voulais pas vous sembler si désagréable, c’est juste plus fort que moi. »

Ah ben ouais. Plus fort que lui. Quelle explication magnifique.
Toujours aussi interloqué mais pas plus offensé que ça, le citadin tendit les bras pour décaler légèrement le menu. Persuadé que ça devait être beaucoup mieux comme ça, il tira sur les bords de son col ; secoua les épaules et, satisfait, adressa un sourire mi-amusé mi-compatissant au client.

« Voiiilà. C'est mieux ? »

La vérité, terrible, était qu'il avait dû mettre encore plus de bazar dans sa tenue en voulant l'arranger.   Comme il ne risquait pas de s'en rendre compte et encore moins de le deviner, difficile d'y faire quoi que ce soit. Il aurait essayé, au moins. Quel gentil garçon. Toujours là pour le confort de ses clients.

« Enfin si c'est toujours mal mis et que ça vous torture vous pouvez le remettre bien, hein... »

Du menton, il désigna le menu. Ahlala, ranger. Les petits plaisirs simples de la vie.

Tant qu'il ne lui demandait pas de mettre les frites bien droites et rangées en file indienne, ça devait pouvoir le faire.



#806954
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
corps éthéré de pureté
avatar
corps éthéré de pureté


Féminin

MESSAGES ▲ : 21
DATE D'INSCRIPTION ▲ : 11/01/2015
AVATAR ▲ : Slaine Troyard - Aldnoah Zero
DIT ▲ : Bibi
MessageSujet: Re: ❮ Haut les frites ❯ ▸ MB
Lun 20 Juil - 14:38


Le menu était encore plus de travers, il en était certain. Et c’était vraiment terrible, vraiment, parce que le vendeur avait été sympa, compréhensible et compatissant en essayant de tout remettre bien droit, sauf que non, c’était toujours de travers et Crux se sentait encore plus mal. 
Mais le menu, ça n’était pas le pire, parce qu’il y a toujours le pire. Dans un élan de bonne volonté, en voulant remettre son col, le garçon ne fit qu’empirer le cas du vêtement. Cela lui semblait tellement irréel que, l’espace d’un instant, le garde eu la vague impression que, peut-être, le vendeur avait fait exprès de tout tordre encore plus. S’aurait été sadique à ses yeux, toutefois également quelque peu justifié. Après tout, tout le monde n’était pas aussi à cheval sur la propreté et l’ordre qu’il ne l’était, il le comprenait bien, et Crux l’avouait, il n’avait pas été des plus diplomatique sur le sujet - mais quand était-il diplomatique en même temps? - alors… Il n’aurait pas pu lui en vouloir, même s’il l’avait voulu.

Le vendeur faisait juste son métier, il n’était pas obligé de répondre de tous les caprices de ses clients, bien que, certes, préférable pour le business. Sa bonne volonté n’était, en tous les cas, pas en cause. Le problème, il s’en rendait compte, c’était lui-même. Pas qu’il puisse y faire quelque chose dans l’immédiat. Mais il pouvait gérer, il allait gérer, ne pas sauter dans la baraque pour tout remettre en place parce qu’il était un adulte raisonnable pouvant contrôler ses pulsions.

« Enfin si c'est toujours mal mis et que ça vous torture vous pouvez le remettre bien, hein... »

Mais si on lui proposait, c’était une toute autre histoire.

Enfin, non, non Crux, ça n’était pas une toute autre histoire, c’était exactement la même. Il n’allait tout de même pas rentrer dans la baraque comme si c’était tout à fait banal afin de tout remettre en place. Ca ne se faisait pas et ça n’avait rien de banal. En plus, ça n’était pas du tout hygiénique. Imaginez si tout le monde rentrait et touchait les frites, hein? L’idée lui donnait les hauts le coeur.

Pourtant, c’était exactement ce qu’il allait faire.

Il allait hocher la tête, faire le tour du véhicule pour trouver la porte et rentrer à l’intérieur du lieu sacré, tout cela pour s’appliquer à remettre le panneau du menu bien droit. C’était un travail minutieux, détailler et il fallait avoir l’oeil pour savoir quand exactement tout était parfaitement aligné et parallèle et juste impeccable. Il se recula pour admirer son oeuvre au bout d’une longue minute de concentration, manquant par la même occasion de se prendre et le vendeur, et la friteuse. Il ne savait pas lequel aurait été le plus tragique, toutefois celui lui permis de se rendre compte de sa situation actuelle et de la bêtise de celle ci.

Il s’arrêta net dans sa contemplation pour reposer ses yeux sur le vendeur, surpris et vaguement alarmé. Et ce col, ce maudit col qui le narguait. Il en avait les mains qui le démangeait tant il voulait le remettre en place.

« Oh. Désolé, je… »

Suis une catastrophe. Voilà.

Bon, au moins le menu n’allait plus le déranger, il trouvait ça plutôt rassurant.

Sauf qu’à présent, un tout nouveau de désordre s’étendait sous les yeux et là, il se sentait vraiment mal. 



#1E9397
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
corps éthéré de pureté
avatar
corps éthéré de pureté


Masculin

MESSAGES ▲ : 24
DATE D'INSCRIPTION ▲ : 11/01/2015
AVATAR ▲ : Rigby ▬ Regular Show.
DIT ▲ : Satoru-kun.
ANECDOTE ▲ : Je sais tout ♥
FICHE RS ▲ : « I can almost hear you scream »

MessageSujet: Re: ❮ Haut les frites ❯ ▸ MB
Dim 16 Aoû - 23:45

Oui, bon. Il ne pensait pas vraiment qu'il allait le faire. Sinon il n'aurait pas proposé.

D'où son incrédulité quand il vit  le jeune homme entrer. Genre « coucou c'est moi, je me sentais trop loin de toi de l'autre coté et c'était terrible donc je m'invite wow c'est moche là-dedans attends je vais t'arranger ça ». Parce que le voir hocher la tête ne l'avait pas alarmé plus que ça, sur le coup, non. Persuadé à tort que ça voulait juste dire qu'il le remerciait de proposer mais que non, il resterait poli et survivrait les quelques minutes affreusement difficiles qu'ils allaient devoir passer ensemble sans tout déranger. Enfin ranger. Bref. Sans poser ses mains partout en mode inspecteur des services d'hygiène. Quoi qu'il en faisait peut-être partie, pour ce qu'il en savait. C'est à dire rien. Ce type pouvait tout aussi bien être Dieu le Père, hein – il n'avait pas son CV sous la main et doutait franchement le voir un jour. Pour ce que ça lui aurait appris, de toute façon (mais il aurait bien aimé le voir quand même).
Il s'était presque dit que Monsieur s'en allait, finalement, en le voyant bouger. Trop dégoûté par ce manque total de symétrie et d'ordre dans sa personne et  son commerce. Il comprenait. Qui voudrait lire un menu un chouïa décalé ? Lui ne l'aurait pas fait, quoi. Il attendait toujours le meilleur d'une baraque à frites tenue par un mec super canon et distingué.
Vrai que sa beauté et sa classe devaient dépareiller avec l'endroit, l'assombrir, tout ça. Il n'y avait pas pensé sur le moment mais ça coulait de source, tout compte fait. Son col devait sembler super moche à côté de lui, eeet...
Mouais.

En tout cas, du coup, il resta parfaitement bête et n'osa rien lui dire.

Quoi qu'abasourdi, MB dut reconnaître un certain acharnement et beaucoup de patience à ce type. Lui qui ne mettait pas plus de dix secondes à enlever ou mettre un t-shirt fut presque tenté de les compter en le voyant replacer minutieusement le menu. Tout un art, apparemment. Le voir si absorbé dans son travail réussit même à l'absorber à son tour ; si bien que lorsqu'il recula, le brun eut à peine la présence d'esprit de se décaler hors de son chemin. Ce dont il se pardonna très facilement en se disant que de toute façon, si casse il y avait eu, ç'aurait carrément été de la faute de l'intrus. Lui avait le droit d'être là, jusqu'à preuve du contraire. C'était quand même son boulot.

« Oh. Désolé, je… »

S'excuser, ça, il savait faire. Il commençait à capter.
Plus observateur sans doute qu'on ne l'aurait imaginé l'être – il ne pensait pas avoir l'air très malin, d'un point de vue extérieur – MB décida judicieusement de ne pas l'insulter ou le mettre à la porte à grands coups de spatule. Voire, pire, de nourriture. Avoir des tâches sur ses jolis vêtements ne lui aurait probablement pas fait plaisir et ça, à défaut du reste, il pouvait le comprendre.
De toute façon il aurait eu l'air particulièrement débile s'il lui avait jeté des frites dessus.
Il haussa donc un sourcil.

« 'Ne voulais pas, c'est plus fort que moi' ? »

S'il pétait les plombs sur un truc pas droit, eh ben. Comment ça devait être chez lui.
(Probablement super rangé. Bien organisé.)

« Ça doit être chiant, lâcha-t-il platement, sans gentillesse ni méchanceté. Mais bon du coup c'est un peu... Dangereuuux de manger dehors comme ça. »

La restauration rapide n'était pas connue pour faire dans le cinq étoiles. En général, le service et la présentation allaient avec le prix.

« Si vous pouviez sortir, par contre... Je crois pas que vous ayez super le droit d'être là et à moins que vous comptiez faire votre truc tout seul ou relooker tous les machins de travers, euh. Ça va pas être pratique. »

Pour être honnête il n'était pas sûr d'avoir lu des règles spécifiques concernant le droit des clients à venir lui faire coucou de l'autre côté du comptoir. Il pensait juste que ça ne se faisait pas. D'ailleurs c'était sûrement le cas. Le contraire l'aurait étonné.
Et être à deux derrière, ouais, c'était juste l'occasion de foutre de l'huile partout. Non pas qu'il ne rêve pas de se foutre de l'huile brûlante sur la peau mais non, il n'en rêvait pas.

Du tout.



#806954
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
corps éthéré de pureté
avatar
corps éthéré de pureté


Féminin

MESSAGES ▲ : 21
DATE D'INSCRIPTION ▲ : 11/01/2015
AVATAR ▲ : Slaine Troyard - Aldnoah Zero
DIT ▲ : Bibi
MessageSujet: Re: ❮ Haut les frites ❯ ▸ MB
Mer 23 Déc - 23:01


Il se sentait vraiment mal, pour le coup. Et bête, affreusement bête.

Il pouvait presque sentir le rouge sur ses joues tandis qu’il cherchait un moyen de régler cette situation au plus vite afin de prendre la fuite - quoi que cela aurait été vraiment impoli de partir sans rien prendre après tout ce raffut, alors il allait devoir supporter l’humiliation qu’il venait de s’infliger lui-même encore un peu plus longtemps.

Enfin, en même temps, il lui avait proposé. Ca n’était pas tout à fait de sa faute. Le vendeur devait savoir que dans ce monde, certains prennent tout au premier degré. En tous les cas, il le savait à présent, c’est certain.

Crux hocha vaguement la tête, honteux et désolé, lorsque le garçon finit sa phrase pour lui. Il osait à peine le regarder en face - d’accord, ça avait peut-être un rapport avec ce fichu col, mais tout ce même. Il avait honte de son comportement et se serait volontiers envolé s’il avait eu des ailes - il n’en avait pas. Au moins, le châtain ne l’avait pas encore jeté dehors violemment. 



« Ça doit être chiant. Mais bon du coup c'est un peu... Dangereuuux de manger dehors comme ça. »

Il hocha à nouveau la tête, plus déterminé dans son geste cette fois-ci, le regard fuyant, se baladant de droite à gauche pour éviter de se fixer sur un détail quelconque. Oui, c’était chiant et dangereux, sans nul doute, malheureusement il devait vivre avec et il devait manger également, alors le calcul était vite fait.
Il ne s’était même pas rendu compte qu’il était en train de frotter ses gants sur ses cuisses, chose qui lui arrivait en cas de nervosité, quand il ne pouvait pas toucher le décor, par exemple. Il devait avoir l’air de plus en plus étrange et suspicieux; il était vraiment temps de mettre fin au massacre.

Et il n’eu même pas à se creuser le cerveau pour une excuse puisque le vendeur la lui offrit sur un plateau d’argent, aimablement.



« Si vous pouviez sortir, par contre... Je crois pas que vous ayez super le droit d'être là et à moins que vous comptiez faire votre truc tout seul ou relooker tous les machins de travers, euh. Ça va pas être pratique. »

Honnêtement, il les aurait relooker s’il ne s’était pas senti si mal à l’aise et observer et s’il avait vraiment eu l’autorisation de le faire, toutefois il était bien conscient de ne pas être le bienvenu dans le véhicule. Hochant à nouveau la tête et réagissant au quart de tour, Crux se fraya un chemin jusqu’à la porte du véhicule tout en s’excusant après avoir accidentellement frôler le vendeur. Une fois à l’extérieur, il considéra la fuite - il avait de longues jambes et était plutôt rapide alors que le garçon ne lui semblait pas si athlétique de cela, alors il avait de bonnes chances. Cependant l’idée, enfantine et idiote, fut rapidement abandonnée au prix d’une attitude adulte et respectable. Il fit le tour du véhicule afin de se retrouver à nouveau devant, du bon côté du véhicule, en tant que respectable client qui ne savait toujours pas ce qu’il allait prendre, trop préoccupé par le col du cher vendeur.

Si possible, il voulait disparaître. Comme il ne le pouvait pas, il se mit à fixer intensément le menu comme si celui-ci avait toutes les réponses des mystères du monde.

Retour à la case départ.



#1E9397
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: ❮ Haut les frites ❯ ▸ MB

Revenir en haut Aller en bas
 

❮ Haut les frites ❯ ▸ MB

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
  :: Libra, la Citadelle :: Quartier Albâtre-
Bouton UpBouton Down