AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

 Valentine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
corps éthéré de pureté
avatar
corps éthéré de pureté


Masculin

MESSAGES ▲ : 64
DATE D'INSCRIPTION ▲ : 22/03/2015
DIT ▲ : Yui Valentine
FICHE RS ▲ : Chroniques Indéfinies

MessageSujet: Valentine
Sam 4 Avr - 23:37

VALENTINE
"Même quand il n'y a rien à dire il reste tout à dire."




GENERAL

APPELLATION : Valentine
SURNOM : Yui. Ou alors simplement Valentine, parce que le mot Valentine est devenu un concept à lui-même. Il y a ceux qui ouvrent un livre pour parcourir son histoire, ceux qui tournent la page en espérant que l'histoire ne se termine pas. Il y a ceux qui s'imaginent ce monde offert, puis ceux qui retournent les fondements de son univers. La composante Valentine, c'est un peu ça : une sorte de métaphysique, un peu plus qu'un mot, un peu moins qu'une imagination: c'est un ensemble de concepts. C'est la raison pour laquelle Valentine n'aurait jamais pu se transformer en un seul concept. Aujourd’hui, Valentine a oublié d’où vient l’origine de ce surnom alors qu’il fut un temps -il n'y a pas si longtemps que ça, ce pseudonyme justifiait sa raison d’être.
ANCIENNE IDENTITE : Eliott C. Rochefort
ÂGE PHYSIQUE : 30
NATIONALITE : Valentine vient de Keimoo, région japonaise et est d’origine française.
METIER : Psychologue de ces âmes
LIEU DE RESIDENCE : Libra, la citadelle
GROUPE : Sauvé




PHYSIQUE | Un nouveau regard

Soudain projeté dans un espace à l’infini, le Jugement Dernier, il s’appelait Valentine et son silence ressemblait à celui du calme avant la tempête, laissant clairement paraître à travers les traits posés de son visage, que la justice était sans doute la dernière des dernières des choses qui l’atteignait. C’était peut être mieux ainsi…
Il était là, ce mortel d’il y a quelques instants, une nouvelle tâche dans cette salle infiniment grande, infiniment blanche, me fixant de son regard gris qui me tenait et qui ne me lâchait plus. Il était là, de son corps évidé de ses souvenirs –sa substance première, sans réaliser qu’il était en train de recevoir l’immortalité à travers son Passage, et je voyais clairement cette nouvelle âme épurée derrière ses cheveux trop clairs, derrière son teint blafard, derrière son corps trop étiré et trop osseux : tout dans son apparence me donnait une impression de faiblesse fugace. Mais son regard, un regard perçant, insistant et plein de questions trahissait une conscience assurément éveillée, turbulente. Sardonique. Et au-delà de tous les mots, il se tenait là tel un empereur débordant d’assurance, et ne cessait d’observer et d’observer encore, alors que la balance s'était mise à basculer d’un côté, délivrant une pseudo-sentence. Les questions sur l’impartialité… autrefois dans sa vie, il en aurait ricané à s’en reverser sur sa chaise.

-

Les yeux gris de Valentine fixèrent intensément celle qui était en train de décider de son sort; c’était en soi, une des plus étranges situations qui lui soit donnée de vivre. Mais dans le fond, vivait-il réellement.

Jamais il n'aurait cru que la mort serait aussi palpable.




MORALE | Une autre pensée

L'existence est malléable, aussi élastique que le champ des possibles et Valentine l'a très vite intégré dans sa vision exacerbée des choses. Il est un musicien qui ne joue plus ni ne suit la partition aux normes prédéfinies; il est celui qui donne l'illusion de la recréer en bousculant tous ses fondements, un pianiste dont les notes viennent se coller sous ses phalanges attendant d'être déroulées sous une composition qui défie ce fameux champ des possibles, dans une cadence irrégulière, subtile, surprenante... Déconcertante. Et Valentine est tout sauf musicien: il est juste le virtuose de sa propre vie. Il aime les paradoxes, les contradictions, les concepts de concepts, la superposition de jeux, les pseudo-pseudos. Ses points de vue, il les troque, les impose, les masque puis les remodèle pour attraper une à une toutes les opportunités qu’il juge bon de s’approprier. Epicurien en perpétuel recherche de possibilités et de limites à repousser, c’est un observateur, qui écoute, qui analyse puis seulement ensuite qui agit. L’ennui et la honte sont deux concepts étrangers à son monde et mis à part, Valentine passe son temps à renverser le fondement des choses et à réfléchir sur leur quintessence. Ses façons de penser et d’agir surprennent souvent, -voire dérangent les esprits les plus communs et conformistes qui éprouvent du mal à suivre un raisonnement aussi chaotique et c’est peut être une des raisons pour lesquelles Valentine doit avoir peu d’alliés et plus d’ennemis –comptant ceux qui préfèrent le laisser agir dans son coin plutôt que de se mêler à son jeu.
Car, il aime définitivement jouer avec tout, avec rien, manipuler, fuir lorsque ça l’arrange. A ses yeux, être un lâche n’a pas de sonorité négative tant que ça lui permet de continuer à tirer tous les fils de son univers, tel un marionnettiste. Alors il continue de touiller les consciences et ne peut s’empêcher de les remuer et de les distordre dans l’espace temps.

Autrement, il a et aura un perpétuel problème avec la Mort ou la notion de disparaître sans jamais pouvoir se souvenir qu’il est déjà mort et qu’il ne peut plus l’être de nouveau ; il a aussi un problème avec l’équilibre précaire des mondes, avec le tout et le rien, des sujets qui le fascinent tout autant et qui le font se réveiller haletant en pleine en sueur au beau milieu de la nuit. Derrière une apparence claire, épurée, des chemises bien taillées et une apparence simple, Valentine est un monde plutôt sombre mais pas tout à fait, un amas de ci et de ça, dont beaucoup de superficiels qu’il voit comme étant existentiels. Quotidiennement débordé par des questions sans noms qui n’appartiennent qu’à lui, il est un univers tourmenté par une intelligence qui lui bout le cerveau, à vouloir tout défricher et tout comprendre. Autrement, il est doté d’une empathie maladive qui fait que le personnage de manière générale joue davantage dans la distance que la proximité.

De son caractère ultra posé sous une forme de sérénité enfin trouvée dans sa vie de mortel, Valentine retombe dans une ambiance  toujours aussi indéchiffrable mais considérablement assombrie, une perception davantage obscure, plus acérée et plus rude que la douceur qu’il avait fini par adopter au fil des années. Et il ne sait pas pourquoi.




UNE VIE | Un dernier soupir

ANECDOTE DE LA FILLE D’A CÔTE

Un jour tu meurs, un jour tu revis. Elle c’est Kami Otagame, dite la Prédatrice de mes rêves.

- Kami. Est-ce qu’on peut rattacher ces trois dimensions ? C’est toi qui m’as fermé les yeux.

Ce jour là, Valentine était allongé sur les jambes de Kami Otagame dans un des recoins des couloirs de l’académie, pas trop loin de l’allée des casiers. Pris d’une angoisse soudaine pendant son sommeil, il lui avait agrippé la main et elle s’était brutalement dégagée.

-Tu ne vois pas ! Naturellement, que tu ne vois pas ! Tu ne sais pas regarder ! As-tu seulement appris à regarder ?

Ça, c’était un rêve. Un rêve où il dormait et rêvait par-dessus ; et c’était là bas dans ce rêve de rêve, qu’il croisait cette fille là, lorsque le sommeil voulait bien l’engloutir. Il se voyait sous ses traits d’étudiant en début d’études de psycho, soit un peu plus d’une bonne dizaine d’années en arrière par rapport au temps réel. Il avait fini par l’apprécier derrière ses allures teintées de rouge et de noir. Il l’aimait parce que c’était un personnage qu’il ne croisait que derrière les vitres de la réalité au comptoir de ses rêves, et qu’elle était là pour sonder avec lui les différentes dimensions oniriques. Sauf que c’était toujours un peu plus que du rêve parce qu’ils voyageaient entre leurs propres plaies et peurs respectives, des scènes étrangement dématérialisées puis reconstruites sans ordre apparent. Pourtant, eux, ils le voyaient, cet ordre. A sa question, il lui a simplement demandé si elle, elle savait voir et non pas regarder. De toute façon, Valentine sait qu’il n’a pas la même vision que Kami sur elle-même. Et à chaque fois qu’elle se donne des airs d’invincible, il a cette envie inexplicable de la protéger. Mais cela, il ne le lui dit pas parce qu’elle risquerait de vouloir le claquer, une fois de plus. Combien de gifles se sont elles perdues sur sa joue ? Il ne le sait pas. Il ne peut malheureusement jamais les prédire, mais c’est bien souvent quand il appuie là où ça fait mal. Là, pile en plein dans le cœur. Ou dans la conscience, mais ça se résume plus ou moins à la même chose.

Elle a de la chance qu’on ne tape pas les filles.

-Tu te souviens de quand tu étais petit ? lui demande-t-elle. Si tu avais le choix, tu transformerais les choses ?
-Oui je me souviens. Mais je préfère me souvenir de maintenant parce que je peux encore le transformer.

Yui Valentine est tout sauf schizophrène bipolaire, cette fille existe réellement. Quelque part dans le monde, peut-être tout près comme très loin, c’est un connecteur qui s’installe entre eux pour leur permettre de rêver ensemble. Et là, elle était en train de lui montrer une scène passée, de lui-même et de sa jumelle Eliane. Ou était Théo ce jour-là ? Ah mais Kami ne peut pas le savoir : Valentine est triplé avec Eliane et Théo. Il s’apprête à esquisser une réponse lorsqu’il se sent partir en arrière.

-Mince je suis en train de me réveiller, soupire Valentine. Bon. Ne m’oublie pas.

C’est la première fois qu’il le lui demande, parce que dans le fond, il voudrait qu’elle soit encore là à sa prochaine chute inconsciente. Mais cette nuit là, Valentine ignore que c’est sa dernière valse avec la fille de ses rêves ; sinon, il lui aurait répondu que oui, il aurait aimé changer et bousculer l’ordre des choses pour que personne ne puisse briser ce pont entre eux. Et soudain, il ne rêve plus, ses nuits sont noires, des océans aux vagues déferlantes de néant, il est happé par son inconscience sans plus jamais pouvoir se réveiller. Et par-dessus tout, même la voisine de ses rêves, Otagame, a disparu de ses murs. Et perdre son souvenir, ça lui fait comme si on lui avait déchiré une artère de son cœur. Un ventricule. Une aorte. Bref, une partie quoi. Celle qui fait que l’équilibre vacille mais reste.
Et cette impression là, jusqu’à ses derniers instants de vie, ça le rend fou.



TOUT LE MONDE TOMBE,
ET NOUS ATTERISSONS TOUS QUELQUE PART

Robert Charles Wilson

Dans sa vie réelle -genre hors des rêves et tout ça, Valentine est psychologue scolaire.
Après des études menées avec brio et en avance sur son âge, il se fait embaucher très jeune dans une prestigieuse académie au Japon. Il y reste environ cinq ans et ses méthodes seront souvent assez controversées.

-Je suis ton cadeau de Noël, t’es sensé me déballer, lance un jour un nouveau patient joyeusement installé à son bureau à l’improviste. Un impertinent désinvolte qui pourtant, marquera la carrière du psy.
-Pourquoi donc ouvrir, puisque... obtenu ?
-J’ai dis que t’devais me déballer, pas que je te laisserais faire. Nuances, Va-len-ti-ne.
-Je ne vais pas traiter votre cas et c’est malheureux, il me semble que je n’ai rien à vous offrir pour ma part. Cela dit, je peux faire semblant. Que dis-je... nous pouvons le faire, avait il paisiblement répondu.

C’est le début du pseudo-règne de Valentine dans l’académie. Il ne parviendra pas à susciter l’indifférence de ceux qu’il croise, élèves, professeurs, populace de tous les jours, une influence qui suinte à travers sa personnalité à tel point qu’on lui proposera le poste de sous-directeur lors de son dernier entretien à l’école. Mais le conformisme et les règlements agacent Valentine, qui a déjà décidé de quitter la sphère scolaire. Cette année là, il réalise qu’il s’est passé plus ou moins une dizaine d’années depuis l’époque où il s’est lancé à corps perdu dans le monde troublé de la psychologie dans le seul et unique but de faire retrouver la mémoire à sa sœur. Moi, Valentine, psychologue en chef dans la fameuse académie élitiste de Keimoo, rattrapé par la conscience brutale de mon incapacité à soigner Eliane... quelle ironie du sort. Conscience écœurée, des questions sans réponses et surtout des échecs qui s’étendent un peu partout comme une bactérie. En pleine transition personnelle et professionnelle, il se prend un râteau royal par la professeur d’art sur qui il commençait à avoir sérieusement des vues depuis quelques mois et avec qui par-dessus tout, il ne s’était jamais dit que son concurrent l’infirmier de l’académie était également dessus. Ils en terminent sur une sorte d’improbable « on reste amis Valentine, j’ai besoin de toi », mais que ce dernier ne supportera pas, trop retourné dans son égo. Des mois passent. Suspendu sur un fil invisible, le temps est comme latent et rien n’évolue réellement si ce n’est que Valentine invite un jour une étudiante férue d’histoire et d’art venir visiter Paris, selon les souhaits de cette dernière. Du temps passe encore et il oublie. Mais elle prend réellement son invitation au mot et elle lui donne rendez vous sur les bancs de Paris. La vie de Valentine prend contre toute attente, un nouveau tournant.

Cammy Logan, elle est un peu tout ce qu’il n’est pas et il s’aperçoit que le fond de son regard est un peu trop profond et que ses paroles, elles disparaissent dedans comme si elles y avaient toutes leur place. En autant d’années dans la sphère pédagogique il n’aura probablement jamais vu une attention aussi particulière, et pour cause… Au début Valentine agira en bon psychologue, prêt à la remettre sur ses rails, elle qui lui semble si déboussolée. Mais ce n’est pas tout à fait ça et il y a un malaise qui finit par se créer entre eux, entre Valentine qui joue sciemment en aveugle –littéralement aveuglé par sa consécration de la maladie neuro dégénérative qui touche Eliane, et Cammy, Cammy Logan qui est là, comme si elle avait attendu tout ce temps pour lui apporter la sérénité qu’il n’a jamais trouvé. Un magnétisme opère, lentement, lentement …Mais un peu trop sûrement. Et ça le touche de plein fouet, ouragan délétère de ses pensées contre lequel il baisse les armes.
Il la recueille alors dans ses bras, l’invite à ses côtés et ils se mettent à tournoyer doucereusement comme deux particules qui gravitent l’une autour de l’autre et l’autre autour de l’une, dans une valse qui défraye les chroniques et les lois électrostatiques.

Cette essence même de l’humanité, ce n’était pas ; c’est comme si ça devait être.



NE M’ENFERMEZ PAS SOUS TERRE…

-Souffle Eliott, lentement. La voix de Théo qui refait surface.

Respire. C'est bien, respire. Il respire avec moi alors qu’on me saisit doucement la main. Eliane.

Je voudrais parler.

Bip.

On respire, on souffle comme on peut ensemble, comme au premier jour de notre conception et très probablement jusqu’à mon dernier. Je n’ai jamais pensé que respirer pourrait faire aussi mal. De l’extérieur, j’avais l’impression de me voir, depuis les yeux de Théo, depuis ceux d’Eliane, avec ce corps –amoché, salement amoché certes, mais tranquillement posé sur son lit d’infirme. Et j’étais là, sans savoir –ou vouloir l’admettre, que j’étais réellement sur mes dernières heures. Le pire c’est que malgré tout, je me pensais encore fort, inaltérable, intemporel et surtout trop orgueilleux pour mourir. Mais derrière tout ça, derrière cette absence apparente et ce calme plat paralysant, je crois que je suis sérieusement en train de partir en lambeaux. Mes poumons marchent au ralenti malgré le respirateur, et il y a quelque chose, ce quelqu'un qui me compresse et me déforme de l'intérieur. Je vois des couleurs, ces visages aux définitions floues, j'entends au loin leur voix, couvert par le son de mon pouls qui martèle les parois de mon corps au rythme démentiel de ses pas, de ses pas à elle -la Mort, alors que de tout mon être je la fuis comme la dernière des maladies. Je l'abhorre, je la hais, je la hais, que je la hais...  
Serai-je non seulement un jour prêt à mourir.


Valentine ne sait pas pourquoi c’est à ce moment qu’il a eu envie de revoir Cammy plus que n’importe qui d’autre, plus que n’importe quel jour et plus que n’importe quelle nuit. C’est son corps qui se met à hurler son nom en silence, son cœur qui se crispe violemment, son cœur qui convulse pendant que continue cette mascarade du sommeil visiblement imperturbable et serein. Il l’appelle, il hoquette, ça le retourne, mais c’est chaud, c’est encore vivant et c’est presque agréable… mais elle n’est plus là. Il avait Cammy contre lui lors de l’impact ; il la tenait contre lui alors que son propre corps se déchirait, et l’agrippait encore dans sa semi-conscience sans parvenir à défaire son emprise sur une vie en perdition pour la reléguer aux mains des secours. Il ne sait pas comment on les a extraits de là après les avoir froissé à ne plus pouvoir rien déplier. Et de toute façon il ne sent plus vraiment son corps. C’était peut être mieux ainsi…

Des lumières, des voix, des sensations de touchers. J’ai oublié de fermer le salon de thé. Froissé de l’extérieur, comprimé de l’intérieur. J’ai oublié quel était le pont pour aller dire au revoir à Kami, l’autre nuit. Dans cette implosion des univers, tout se bouscule face à la solitude, ses sensations le perdent, ses perceptions l’oublient, ses sentiments le délaissent, ses souvenirs s’effilochent pour évacuer tendrement son corps. J’ai oublié de dire au revoir à Cammy. Non tu es bête Valentine, tu n’a jamais rien oublié de tout ça. Oui c’est vrai, en fait, je n’ai jamais voulu faire tout ça. Une dernière valse, un non-retour. Eliane ne se rappellera jamais de nous, tandis que moi… moi, je pars avec tous nos souvenirs, les siens, les miens et ceux de tous les autres. Ceux de l’académie, ceux des patients, ceux des clients, ceux de ses employés. Ceux de Cammy Logan. Son cœur se contracte encore une fois et Yui Valentine ouvre brusquement les yeux alors que se brise l’équilibre des mondes.

27 Mars, 07:07. L’heure du décès est prononcée devant un regard vitreux incapable de se refermer sur ce que jamais personne ne pourrait voir au-delà des mots.



CELUI QUI NE CROYAIT PAS A LA MORT

Je suis libre.

...Je suis libre, mais je ne suis pas certain de savoir ce qu’est la Liberté.


Et ses yeux, un regard de nouveau-né déjà empli de personnalité, se posent sur Thémis. Ce jour là, l’âme Valentine est de mauvaise humeur.




HRP & FEEDBACKS
COMMENT AVEZ-VOUS TROUVÉ BLINDFOLDED - Ça fait un moment que j’ai celui là de côté après avoir criblé des forums pendant des semaines entières. Y a de l’activité, les RP ont l’air bien et fallait bien finir par se poser pour RP. Et il se trouve qu’il y a à ma connaissance une /edit: plusieurs rpgistes que j’apprécie ici d’où CQFD.

QUE PENSEZ-VOUS DU FORUM - Je saurai quand j’aurais RP ? Partons du principe si on n’aime pas on vient pas. J’aime bien les contextes simples où on peut rapidement poser son premier RP.

RECLAMATIONS, RECOMMANDATIONS, BLABLA PERSO, LE TOUT EN UN - La page est étroite mais tant que le codage intempestif dans les RP n'envahira pas trop le forum le monde survivra.
Sinon je n'ai pas utilisé le codage de la fiche de présentation parce qu'il faut scroller partout en plus de celui occasionné par la page étroite et c'est pas très pratique ; mais c’est une histoire de goût. Mis à part, le design est agréable.
Blabla de la fin, je suis très rarement sur la CB par simple manque de temps et je préfère le prioriser pour les RPs …mais je m'intègrerai. ghost_cool Et s’il faut absolument un pseudo pour l’intégration en plus de celui du personnage alors Yui au masculin devrait suffire. Et s'il faut ajouter une connerie finale pour rire je dirai qu'il y en a suffisamment assez dans cette fiche...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
conscience vouée à l'errance
avatar
conscience vouée à l'errance


Féminin

MESSAGES ▲ : 1135
DATE D'INSCRIPTION ▲ : 30/12/2014
AVATAR ▲ : Kirishiki Sunako 【SHIKI】
DIT ▲ : La Désolation
ANECDOTE ▲ : ▬ dealeuse à la ville de libra ▬ observe les humains car c'est le seul moyen de comprendre pourquoi elle est née ▬ souffre pour l'éternité
FICHE RS ▲ : www

MessageSujet: Re: Valentine
Sam 4 Avr - 23:58

hey, valentine, bienvenue parmi nous ♥
j'ai un coup de coeur pour le caractère, ta façon d'écrire est très agréable, et notamment j'aime beaucoup le style.
ton personnage est vraiment intéressant, j'aime son mode de pensée, hâte de voir ce que ça donne avec la suite ! :3


_   opium's #62427c
merci pour les avatars ♥️
clique 8D♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coeur souillé de noirceur
avatar
coeur souillé de noirceur


MESSAGES ▲ : 367
DATE D'INSCRIPTION ▲ : 07/02/2015
MessageSujet: Re: Valentine
Dim 5 Avr - 10:51

Bienvenue parmi nous ! ♥ Effectivement, le personnage a l'air très intéressant, il me tarde de lire la suite. =)


Autres comptes :

Zohar Rupture
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
conscience vouée à l'errance
avatar
conscience vouée à l'errance


Féminin

MESSAGES ▲ : 122
DATE D'INSCRIPTION ▲ : 21/03/2015
AVATAR ▲ : feat Prompto Argentum【FINAL FANTASY XV】
MessageSujet: Re: Valentine
Dim 5 Avr - 11:58

Bienvenue parmi nous ♥️ gniah Et bonne fin de fiche nonsuspicious


Oh, Give me all of that ultraviolence.
I want to be honest, I want to be bad, I want to destroy you, I want to move fast, I want the attention, Is it too much to ask ? I want to be ignorant, I want to know it all, I want to die someday, I want to live long, I want what I ask for, I get what I want.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
corps éthéré de pureté
avatar
corps éthéré de pureté


Masculin

MESSAGES ▲ : 64
DATE D'INSCRIPTION ▲ : 22/03/2015
DIT ▲ : Yui Valentine
FICHE RS ▲ : Chroniques Indéfinies

MessageSujet: Re: Valentine
Dim 5 Avr - 12:25

Merci :]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Valentine
Dim 5 Avr - 12:50

bienvenue. ♥
Revenir en haut Aller en bas
corps éthéré de pureté
avatar
corps éthéré de pureté


Masculin

MESSAGES ▲ : 64
DATE D'INSCRIPTION ▲ : 22/03/2015
DIT ▲ : Yui Valentine
FICHE RS ▲ : Chroniques Indéfinies

MessageSujet: Re: Valentine
Lun 6 Avr - 20:18

Merci Suiren.

Up avec une fiche terminée [:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
corps éthéré de pureté
avatar
corps éthéré de pureté


Féminin

MESSAGES ▲ : 263
DATE D'INSCRIPTION ▲ : 24/03/2015
AVATAR ▲ : Hungary - APH
DIT ▲ : A vous de le trouver ♥
FICHE RS ▲ : Chronocentrisme

MessageSujet: Re: Valentine
Lun 6 Avr - 21:34

Yui ♥

Graou.



(je ne pouvais pas résister n_n)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coeur souillé de noirceur
avatar
coeur souillé de noirceur


Féminin

MESSAGES ▲ : 534
DATE D'INSCRIPTION ▲ : 16/05/2014
AVATAR ▲ : tyki mikk
DIT ▲ : luccio, ébénito
FICHE RS ▲ : due; tre

MessageSujet: Re: Valentine
Mar 7 Avr - 0:10

image de bienvenue
BIENVENUE SUR LIBRA ••

Ca y est, te voilà validé et prêt à parcourir les grandes plaines de Libra. Tu as désormais accès à l'ensemble du forum et est libre de rp avec le reste des âmes !

N'oublie cependant pas d'aller jeter un coup d'oeil aux bottins pour faire recenser ton personnage notamment.

Et surtout, amuse-toi bien et puisse ton voyage durer ! ♥

J'ai bien aimé cette fiche, au début c'était un peu compliqué à cause de toute la dimension onirique, et puis finalement, ça passe tout seul, l'histoire avec Kami (& Cammy) est quand même beaucoup plus intense que celle qui se déroule avec Eliane. Valentine est vraiment tourmenté, son esprit est sans cesse en ébullition, ça s'est vraiment bien ressenti dans le texte. J'ai bien aimé ta description physique, mais je dois t'avouer être resté un peu sur ma fin concernant son arrivée sur Libra, j'aurais vraiment aimé savoir comment il a appréhendé ce nouveau monde ! (: Pour moi tout est en règle, te voilà donc validée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://celska.deviantart.com/

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Valentine

Revenir en haut Aller en bas
 

Valentine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
  :: Identification :: Première Encre :: Arrivée à Libra-
Bouton UpBouton Down