AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

 Un autre jour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
corps éthéré de pureté
avatar
corps éthéré de pureté


Masculin

MESSAGES ▲ : 64
DATE D'INSCRIPTION ▲ : 22/03/2015
DIT ▲ : Yui Valentine
FICHE RS ▲ : Chroniques Indéfinies

MessageSujet: Un autre jour
Lun 20 Avr - 21:27

Il y a cette musique d'ambiance qui tinte dans sa tête, une suite d'accords dont la logique diffuse s'échappe de sa compréhension. Et tout en le sachant, Valentine laisse son attention s'y emporter, l'alcool adoucissant son désir acéré de retourner toutes les vérités. Il avait anormalement du temps et ces derniers temps, tout ce qui avait attrait à la temporalité était devenu prétexte. Ce n'était en soi, pas si désagréable: tout s'échangeait, rien ne semblait disparaître et surtout, le monde était à sa portée de main.

-J'écris des articles, avait-il eu un jour le temps d'inventer.

Depuis, Valentine s'était mis à relater des sujets traitant de tout et de rien. Hier psychologue et aujourd'hui journaliste improvisé, tout paraissait très simple, aussi tordu que cela puisse paraître pour un esprit en permanence plongé dans la complexité.

Ce soir pourtant, Valentine n'exerce pas lorsque son regard effleure de ses yeux gris la musicienne qui termine sa prestation.

TITRE: Un autre jour
Et elle était là ce soir encore, la musicienne qui parcourait son instrument comme s'il n'existait pas. Une silhouette perdue dans son propre brouillard. (...)

Il avait terminé son verre et était parti, le bloc-notes délaissé sur la table.


-


Grisailles
Brume - Valentine


Les rues sont calmes cette nuit là quand Valentine sort du bar pour s'engouffrer dans l'angle au bout de l'allée. Une expiration, un filet de buée, une inspiration, le filet qui s'évapore. Il aime ce vide, cette absence de sons, cette non destination. Il aime quand la solitude lui donne l'impression de dominer le monde, pendant qu'il ne peut s'empêcher de la redouter dans la crainte de ne plus jamais troquer ses pensées avec autrui.

Yui Valentine est celui qui aime le blanc autant que le noir, sans jamais pouvoir trancher entre les deux pour toute la saveur que pourrait donner les tons grisés avant de revêtir la pureté du noir ou la corruption du blanc.

Annotations annexes restées sur la table: Gris, du gris pour la balance entre le noir et le blanc, du gris pour l'équilibre délétère qui pourrait se décliner à l'infini (...)


Il s'est assis sur le trottoir, cherchant une cigarette qui ne viendra pas.



.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
conscience vouée à l'errance
avatar
conscience vouée à l'errance


MESSAGES ▲ : 16
DATE D'INSCRIPTION ▲ : 23/02/2015
AVATAR ▲ : OC de Loish
DIT ▲ : L'insatiable, la Crève-la-faim, la Stryge
FICHE RS ▲ : Of someone that you love too much

MessageSujet: Re: Un autre jour
Ven 15 Mai - 3:54

À la fin de son concert, Brume alla prendre un verre offert par le patron du bar. C'était un autre soir, et c'était encore nouveau.

Elle était rapidement sortie de chez elle pour jouer, parce qu'elle avait réalisé que la musique attirait, que la musique se partageait, qu'elle avait ce pouvoir presque magique de rapprocher les corps. Jamais assez proches d'elle, non, mais les voir se toucher, et s'approcher, pendant qu'elle occupait le silence, qu'elle le brisait, était déjà une satisfaction. Et même si Brume n'était pas encore une très bonne musicienne – peut-être justement parce qu'elle ne comprenait pas le silence –, certains de ses spectateurs venaient la féliciter ou l'encourager à la fin, lui serrer la main, lui tapoter l'épaule. Et Brume les serrait dans ses bras comme s'ils étaient des amis qu'elle n'avait pas revus depuis longtemps. Elle apprenait doucement. Et le patron de ce bar l'avait rencontrée comme ça, dans la rue, qui frappait un tam-tam en faisant d'étranges vocalises. Il avait dû trouver ce son exotique et l'avait invitée à se produire dans son bar. Ce soir-là, c'était la deuxième fois.

Elle buvait son verre, un cocktail qu'elle avait choisi uniquement parce qu'il était bariolé et qu'elle s'amusait du contraste entre la bande sombre du fond et le reste du liquide plus clair. Une serveuse s'approcha d'elle et posa un bloc-notes devant elle. Brume leva ses yeux gris vers le visage de la serveuse, mais elle ne vit pas son sourire. Elle l'entendit :

Regarde, il parle de toi. Oh mais... Tu peux lire ?

Brume savait lire, bien sûr, mais ses yeux ne le lui permettaient que dans certaines conditions et jamais sans difficulté : dans ce bar sombre, ça lui était impossible. La serveuse lui lut donc les mots que Valentine avait laissés derrière lui. Brume ne savait pas quoi en faire, elle ne comprenait pas l'attitude de la serveuse qui semblait presque glousser. Elle lui sourit, haussa les épaules, et n'y pensa plus.
C'était le même bar, mais c'était un autre jour.


*


Et ce soir encore, elle est là. Elle a suivi des conseils, quelque peu perfectionné sa performance. Elle a appris que les gens préfèrent de petites cohérences, des morceaux bien découpés qui se suivent, plutôt que ses habituelles divagations hallucinées. Mais elle continue d'improviser, ne chante toujours pas tant des mots que des cris de l'âme.

Et ce soir encore, il est là. C'est la même serveuse hilare qui vient lui dire pendant une pause. Elle tente de le lui montrer, mais Brume ne pourrait le voir qu'en collant son front au sien. À la fin du concert, la serveuse revient aussitôt vers elle pour lui lire une nouvelle bribe de texte et lui dire que l'inconnu vient à l'instant de sortir.

Puisque tu t'en vas, tu n'as qu'à aller lui rendre !

Et elle lui tend le bloc-notes de la dernière fois. Elle semble avoir pris à cœur l'idée de les faire se rencontrer, peut-être parce que Brume lui semble seule, mais elle ne peut pas avoir idée de l'intensité de ce sentiment de solitude chez Brume.
Bien qu'interloquée, Brume n'ose pas refuser, mais elle prévoit de rentrer dans le bar immédiatement après. Elle ne part jamais tout de suite, elle aime profiter de l'ambiance et de la chaleur du bar, souvent jusqu'à sa fermeture.

Il est assez tard pour que les rues soient presque désertes et la nuit serait noire sans les lumières jaunes des lampadaires. La serveuse vient avec Brume jusqu'à la porte et voit l'homme disparaître à l'angle de la rue. Elle encourage Brume à le rattraper, comme si elle était une enfant timide, alors qu'elle n'est pour rien dans cette histoire. Si l'homme a oublié son carnet et ne l'a pas réclamé, c'est sans doute qu'il n'en voulait plus, non ?

Elle suit pourtant le bruit de ses pas dans la rue zébrée de zones d'ombre, tourne à l'angle où il est censé l'avoir devancée, et n'entend plus rien. Elle avance, hésite, s'arrête. Cette ruelle est peu éclairée et totalement silencieuse. Elle a dû se tromper. La voilà perdue dans le noir, seule dans le silence, dans le néant. Son cœur se serre et elle déteste tout à coup l'objet qu'elle tient dans sa main. Ce bloc-notes. Elle le jette au hasard et l'entend percuter un mur, dans un bruit si faible qu'il ne lui semble avoir qu'égratigné le silence. C'est ridicule.
Elle s'accroupit au beau milieu de la ruelle et se met la tête entre les mains, se met à crier entre ses genoux. Elle est passée bien trop vite du bruit ambiant au silence absolu, elle le subit comme un choc thermique.


Brume parle rosybrown

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
corps éthéré de pureté
avatar
corps éthéré de pureté


Masculin

MESSAGES ▲ : 64
DATE D'INSCRIPTION ▲ : 22/03/2015
DIT ▲ : Yui Valentine
FICHE RS ▲ : Chroniques Indéfinies

MessageSujet: Re: Un autre jour
Mar 19 Mai - 21:38

Son hurlement dans les airs, un frisson qui dégouline le long de son échine. Trop fort pour être faux, trop vrai pour être ignoré. Valentine s'est relevé avec un instant de décalage, son premier pas partant déjà à la source alors que son cerveau lui suggère insidieusement l'éventualité de ne pas y aller. Alors il y va.
Raté.

Le silence retombe lourdement, un poids mort suivant l'invasion, au milieu duquel le vide se met à découper dans la semi pénombre, une silhouette accroupie au sol les mains autour de la tête. Il aurait fallu en cet instant plus de réverbères, des éclats d'espoir un peu plus rapprochés pour éloigner l'obscurité dansant sur une scène à caractère redoutable. Valentine scrute la forme recroquevillée sur elle-même à mesure de ses pas, marque un temps d'hésitation dans l'appréhension de faire face à l'un de ces phénomènes inexpliqués tel qu'Opium -cette gamine aux crevasses noires de vide à la place des yeux. Quelque part, l'inconnu l'inquiète quand il sait que quelques soient ses hypothèses, il dérivera sur celle qu'il aura oublié de prédire.

Il se rapproche.

-...Hé.

Interjection maladroite où une pensée viciée souffle qu'il peut toujours partir sans se mêler à cette situation. Il se baisse et replie ses jambes pour arriver à son niveau, reconnaissant peu à peu dans son ensemble, l'allure d'une fille que ses souvenirs recale dans cette salle de bar, elle et son instrument tous deux imprédictibles. Sa dernière tentative de fuite tombe alors à l'eau.

-Ah mais tu es la musicienne!

Surpris, Valentine manque de retomber sur son séant, parce qu'il ne la contextualise nulle part ailleurs que là bas. Il reprends.

- Je... je peux vous aider ?

Le peux-tu ou le dois-tu? Valentine se maudit pour sa question, parce qu'il s'inflige l'inconnu tout en le craignant. La dernière fois qu'il avait convenu son aide à un inconnu les avaient menés dans une histoire absurde à pourchasser un animal hybride, soit disant matérialisant la Compréhension. Alors naturellement, ces derniers temps avaient rendu sceptique les perceptions de Valentine. Mais cette fille là lui paraît dérisoirement plus jeune que lorsqu'entourée de son aura possédée par sa musique, si bien qu'il se dit qu'il peut plutôt que ce qu'il doit. Ensuite et bien, ce serait sans doute la dernière fois.

Il réalise alors que faire preuve d'humanité n'est pas une chose aisée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Un autre jour

Revenir en haut Aller en bas
 

Un autre jour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
  :: Libra, la Citadelle :: Rues de Libra-
Bouton UpBouton Down