AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

 Perles de sel et pétales de poivre [Sel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
corps éthéré de pureté
avatar
corps éthéré de pureté


MESSAGES ▲ : 11
DATE D'INSCRIPTION ▲ : 19/03/2015
AVATAR ▲ : Nijimura Shuuzou • Kuroko no basuke
DIT ▲ : Jesus - Machin -Chose -Pepper- OMGPASLUI
ANECDOTE ▲ : Assistant social particulièrement chiant
MessageSujet: Perles de sel et pétales de poivre [Sel]
Ven 8 Mai - 0:48

Las, las trop las. Je suis trop las, bien trop las. J'ai trop regardé l'incessant ballet de la foule qui se défoule dans le quartier albâtre de la citadelle. Ils piétinent. Ils tournoient. Je me suis trop immobile. C'est un fait. Je suis loin de là. Hors de tout. J'ai trop soufflé ma cigarette. Fixé comme j'étais, dans le coin de la rue. Celui hors d'atteinte et de vue. Puisque je veux pouvoir observer sans retenu sans souffrir des regards inquisiteurs qui n'y comprendraient rien. J'ai trop vu. Trop vécu. Et mon faux-cœur s'épuise à trembler si peu de sentiments. Même les plus mauvais. Les plus légers. Je crèverai pour un peu de joie ou de colère. Il faut des rires sur ma bouche ou des larmes. Des soupires las j'en est trop bien trop soufflé. J'aspire à la nouveauté. N'inspire que la banalité. Sacré mort.

Je suis donc parti. Comme on part prendre le train, sans trop savoir où j'allais pouvoir aller. Pas à Libra. La ville. Pas le faux paradis. Si je pouvais le quitter. Ah... Quoi qu'il en soit je suis parti. J'ai pris le téléporteur. Il m'a désintégré puis recomposé. Quelque part.

Et dans ce quelque part il y avait des fleurs. Des parterres. Colorés et sans cesse agités par les faux-vents du monde. J'ai reconnu Canaan. Après quelques secondes de flottement.


Il faut dire que j'aime prendre le téléporteur et tout bousiller. Ma tête. Mon ventre. Ça fait ressentir, au moins. Un peu. Vraiment beaucoup moins qu'au début maintenant. J'ai même plus la nausée. Je l'ai trop usé. Je l'ai trop ressenti. Avant. Je suis trop habitué. Vagabond éternel. Sauvé ennuyeux aux jambes trop habituées à se traîner ça et là. Triste mort.

Je n'ai jamais aimé les fleurs. Même pas dans cet avant dont je me souviens si peu. Je n'ai jamais aimé les fleurs, alors je me demande bien pourquoi j'ai un semblant de nostalgie dans la rétine quand je vois des marguerites?

J'esquisse un sourire discret et je range ma cravate dans la poche de ma chemise mal-boutonnée. Je m'accroupi et je cueille une fleur.

Je l'ai arraché sans faire attention-puisque je ne fais attention à rien- et j'ai abîmé mon regard. Je l'ai abîmé des heures. Accroupi et stoïque. J'ai fait l'effort de froncer les sourcils pour stimuler ou simuler ma réflexion. Longuement. Peut-être trop. La cendre de ma cigarette s'est entassé sur mes cuisses. Incandescente. Je n'ai même pas remarqué. Ou à peine. Je n'ai pas bronché une fois. Et pourtant j'ai ressenti un peu de douleur. Quelque part... Quelque part d'un peu lointain puisque que mon faux-corps n'est qu'un ersatz.

Au bout d'un millénaire j'avance ma main. J'arrache les pétales. Je dis, en chantonnant machinalement:

- Un peu ? Beaucoup? Passionnément? À la folie ou Pas du tout?

Il me semble avoir déjà fait ça. Un jour. Ailleurs quelque part. Je ris un peu. Ma mémoire est trop engourdie. Je souffle sur les pétales et je dépose la fleur mutilée dans la poche de chemise. Avec ma cravate. Je ne sais plus. Ce n'est pas bien grave. Ce n'est pas bien grave puisque je pense qu'ainsi la fleur me correspond peut-être plus. Je me demande bien, qui a tiré trop fort sur mes pétales, puisqu'il ne me reste plus que du pas du tout dans le cœur? Je suis las. Qu'est-ce que je suis venu faire là, déjà? Je ne sais plus. Quelle importance?

J'emporte beaucoup de marguerite avec moi. Sous un bras. Et je continue de tirer sur les pétales des fleurs, en chemin vers autre part Je sème sur la route. Pave mon chemin, indélicat et ennuyeux de blanc et de violet. (Juste sur le bout de certaines pétales. Pâquerettes ou marguerite? Je n'ai jamais su faire la différence.) Un peu comme si j'avais peur de ne plus le retrouver après.

Je suis passé devant mon ancienne maison. Mes anciens voisins. J'ai traversé la ville en flânant. Toujours occupé avec mes fleurs. Mes pétales. Sans laisser mon regard s'arrêter sur les visages et les murs. Trop lisses et ennuyeux. Peut-être que je n'aurai pas dû venir ? Les passants et la ville me semble aussi ennuyeuse que Libra. Il faut que je marche alors. Que je marche. Je finirai bien par aller quelque part? Ici où là-bas. Ailleurs.

Peut-être même que j'atteindrai l'horizon. La limite du monde. Que j'y apposerai la pulpe de mes doigts tremblant et qu'après je tomberai sur plus d'éternité? La vraie. Celle qui dure toujours et qui fait vibrer. Pas la non-mort et son ennui.

***


J'ai gravi la colline. J'ai attrapé de nouvelles marguerites ou des pâquerettes. J'ai mis toutes les tiges usées sur le sol. (Toutes, sauf une qui se trouve toujours dans ma poche. ) Aux abords de l'immense serre. (Celle qui fait un peu jungle. Un peu sauvage. ) Pour pouvoir en faire un bouquet en revenant et toutes les emporter pour égayer un peu les vases vides de ma maison. Celle de Libra.


Les mains pleines de fleurs je me suis engouffré en chantonnant toujours, les pétales de mes fleurs jetées sur le sol. Pour continuer de tracer mon chemin et parce que j'arrive à tromper un peu l'ennui de mes phalanges.


- Un peu? Beaucoup? Passionnément? À la folie? Pas du tout? Me diras-tu petite marguerite à quel point je vais vivre aujourd'hui?


Je crois que je pourrais me contenter d'un peu de folie.




HRP: J'espère que ça te va cutie ;; ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
conscience vouée à l'errance
avatar
conscience vouée à l'errance


MESSAGES ▲ : 11
DATE D'INSCRIPTION ▲ : 11/04/2015
AVATAR ▲ : watase sanetoshi ♡ mawaru
DIT ▲ : l'extravagant
MessageSujet: Re: Perles de sel et pétales de poivre [Sel]
Ven 8 Mai - 4:11


perles de sel et pétales de poivre


Tu tournes sur toi-même jusqu’à en avoir mal à la tête : tu tournes et tournoies avec le visage qui embrasse le ciel et les bras en l’air comme pour attraper le soleil avec le bout de tes doigts. Tu n’es que bonne humeur éclatante, tes cheveux à la couleur de barbe à papa virevoltent dans le vent même lorsque tu t’arrêtes de tourner. Ils sont si légers, cotonneux et colorés : le vent les soulève sans peine et les éparpille derrière toi alors que tu fais de grandes enjambées pour aller tu-ne-sais-trop-où. Aujourd’hui t’as promis d’être une journée haute en couleur : comme toutes les autres à vrai dire. Tu as déjà une liste de choses que tu voudrais faire et un millier d’endroit où tu voudrais te rendre, si bien que tu ne sais pas par quoi commencer. Il y a des gens qui circulent autour de toi sans trop faire attention à la pétillante personne que tu es et pourtant tu as envie de tous aller les voir pour leur parler, leur dire bonjour et jeter un brin de couleur dans leur vie. Tout le monde a besoin d’une pincée de Sel, oui oui avec une majuscule et tout ce qui va avec!

Tu n’avais pas eu envie de rester derrière ton stand aujourd’hui : alors tu étais parti comme ça sans rien dire. De toute façon, ce n’était pas vraiment comme si tu avais des comptes à rendre à qui que ce soit. Tu n’avais pas rempli les présentoirs, tu n’étais simplement pas passé près du port de toute la journée. Toutes tes merveilles salées reposaient sagement chez toi et tu étais parti sans même y jeter un coup d’œil. Les gens du port savaient qu’ils ne devaient pas d’attendre à te voir tous les jours : si l’envie de prenait de partir découvrir le monde  il n’y avait rien qui pouvait t’arrêter! Tes journées n’étaient que plus belles lorsqu’elles étaient ponctuées de ta spontanéité : le résultat était toujours fort sympathique et tu n’étais jamais déçu d’avoir changé ta routine.

Quand tu passes près d’un massif de fleurs, tu as comme un déclic. Tu décides qu’aujourd’hui, tu iras te promener au Sud! Ah oui Sel, toi il ne t’en faut pas beaucoup pour te convaincre qu’il est temps de changer de direction! Tu décides de te diriger vers de lointaines destinations rien que parce que tu aimais la couleur des fleurs : n’importe qui réaliserait bien vite que tu as une case en moins si tu devais expliquer chacune de tes décisions.

La dématérialisation t’avait toujours laissé en bouche un goût amer et très désagréable que tu essayais désespérément de chasser avec des pastilles à la fraise. Ta langue te semblait pâteuse et même le plus sucré des bonbons n’adoucissait pas cette horrible sensation. Tu avais ouïe dire que tout le monde était un peu retourné par la dématérialisation et tu ne comprenais pas trop pourquoi personne ne se penchait sur le sujet. Ah! Peut-être qu’un jour tu déciderais de te mettre à étudier là-dessus! Avec toi, tout état possible si l’envie t’en prenait. Après, peut-être que tu ne ferais qu’empirer la chose, comme à chaque fois que tu essaies de bricoler un peu.

Mais au moins, quand tu poses les pieds dans la jolie ville de Canaan, tu en oublies presque le fait que tu es tout barbouillé et tu mâchouilles ta pastille avec ardeur en admirant toutes les couleurs du paysage. Il y a tellement de fleurs, encore plus que dans tes souvenirs! Tu ne passes pas assez par ici, c’est clair! Il y a tellement de belles choses et les gens te paraissent encore plus brillants ici qu’ailleurs. Après, c’est peut-être simplement toi qui pétille plus que d’habitude à la vue de ces milliers de teintes de fleurs. Tu es pris d’une lubie et tu te diriges – toujours en faisant d’immenses pas, comme pour avaler le monde – vers les collines florissantes. Là-bas, tu cueilles sans compter chaque fleur que tu trouves jolies et tu t’en fais un immense bouquet, plus gros que ta tête. Tu as pillé une petite section de la colline, mais elle est si grande et si fleurie que ça ne se voit même pas! Ton bouquet n’a aucune consistance et il est dépareillé, mais toi tu le trouves sublime et c’est tout ce qui compte. Ta prochaine fantaisie, c’est d’aller te perdre dans les immenses Serres parce que tu as envie d’ajouter un peu d’exotisme à ton bouquet. Si tu dois raser les serres pour avoir le plus beau des bouquets, alors soit! Tu as beau avoir pratiquement la trentaine en apparence, en réalité tu dois avoir huit ans dans la tête.

Les choses te paraissent simple, il n’y a rien de complexe et ce que tu veux, tu le prends tu l’achètes ou tu l’obtiens avec des sourires. C’est difficile de te déloger une idée dans la tête, le seul moyen c’est de t’en donner une autre plus fantasque encore. Mais quand tu vois cet autre homme, les mains pleines de fleurs, tu réalises que ton idée n’était pas du tout mauvaise et qu’il n’y a pas que toi qui sais y faire en matière de bouquet. Tu accours pratiquement vers lui, avec ton grand sourire trop excité et des cheveux roses en batailles : si tu n’avais pas en plus les mains pleines de fleurs tu aurais peut-être pu avoir l’air un brin normal. Mais non, non Sel : toi tu ne penses pas à ces choses-là. Tu étais bien trop content de voir quelqu’un d’autre avec des fleurs pour penser à aller te présenter convenablement, ou même commencer par dire bonjour.

♡ Tu as plein de jolies fleurs wouah! Toi aussi tu es venu te faire un bouquet? Est-ce que tu connais bien l’endroit? On pourrait marcher ensemble si tu veux!

Voilà la fameuse attaque ninja du grand Sel! Le pauvre inconnu, il a eu le malheur de tomber dans ton champ de vision : il va avoir du mal à se débarrasser de toi, sauf si il te dit tout de suite de te casser. Auquel cas tu iras pleurnicher que personne ne t’aime et tu iras coller quelqu’un d’autre pour oublier tes mésaventures.



© avatar made by sukr ♥♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Perles de sel et pétales de poivre [Sel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
  :: Au Sud :: Serre Primitive-
Bouton UpBouton Down