AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

 Fin de journée. (Thor)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
corps éthéré de pureté
avatar
corps éthéré de pureté


MESSAGES ▲ : 97
DATE D'INSCRIPTION ▲ : 31/12/2014
FICHE RS ▲ : Alliés et ennemis.
Boîte aux lettres.

MessageSujet: Fin de journée. (Thor)
Mar 7 Juil - 12:00

Il ne travaillait jamais assez. Il en était persuadé : la moindre minute de repos serait fatale, car pendant cette minute, quelqu'un se faisait voler, ou agresser, ou tuer quelque part à Libra, et lui ne pouvait rien faire. Pour certains de ses collègues, il voyait le mal partout. Lui pensait être juste plus lucide que les autres.
C'était ridicule. Qu'est-ce qu'il voulait, au juste ? Être capable de traiter toutes les affaires par lui-même ? Se prouver qu'il était capable de détruire toute la malice du monde ? À lui tout seul ? Pourquoi ? Parce qu'il ressentait une culpabilité vis-à-vis de son ancienne vie ? Yemdel était un Sauvé, un vrai, pour une fois : il savait qu'il n'avait pas été responsable. Et pourtant, il était persuadé d'avoir fait le mal pour de bon. Peut-être était-ce pour cela qu'il était aussi attaché à son métier.

Yemdel n'était pas vraiment orageux – en dépit de son surnom de Foudre Blanche qui lui collait à la peau. Il était juste incroyablement droit. Pas la moindre déviance dans son comportement, à croire qu'il jouait à l'homme parfait. Tout, jusqu'à ses pas, était calibré au centimètre près : il était d'une régularité presque mécanique, et ses yeux perçants ne rataient pas la moindre occasion de ramener sur le droit chemin quiconque oserait s'en écarter face à lui. Il ordonna assez froidement à deux garnements d'aller travailler plutôt que de s'amuser en pleine rue. Les enfants aussi devaient travailler : pas d'exception.
Mais son comportement traduisait peut-être une certaine inquiétude pour une affaire qu'il commençait à suivre de près. Au départ, il n'y avait pas d'affaire du tout, parce que personne n'avait remarqué qu'il se passait quelque chose de très étrange avec les morts. Ce qui lui avait mis la puce à l'oreille, toutefois, c'était l'augmentation du nombre de personnes décédées dont on ne parvenait pas à déterminer la cause de la mort. Ce n'étaient pas des suicides, et la thèse de l'accident était un peu trop facile pour pouvoir les expliquer. Aucune des personnes interrogées n'avait pu être en mesure de lui répondre pour l'instant.
Mais il se passait bien quelque chose, Yemdel en était persuadé. C'est pourquoi il se montrait méfiant, guettant avec plus de vigilance que d'ordinaire les troubles à l'ordre public. Yemdel ne pensait pas que les enfants fussent à l'origine de ces morts suspectes, mais ils le distrayaient pendant qu'il cherchait et cela le dérangeait. Il aurait voulu être omniscient pour être capable de surveiller tout Libra, mais c'était bien sûr impossible, et la tâche commençait à devenir trop lourde pour lui.
Pour se rafraîchir un peu, Yemdel se posa dans un café du centre où il put réfléchir attentivement à la situation. Malheureusement, il n'avait aucune hypothèse, aucune piste lui permettant de savoir ce qui se passait. C'était rageant. Il avait juste devant lui la liste des victimes potentielles, dressée par ses subordonnés, mais jusqu'alors ça ne lui avait pas servi à grand chose. Il comptait bien l'étudier de façon plus précise lorsqu'il serait chez lui, essayant de trouver le point commun entre toutes ces victimes. Cela lui permettrait peut-être d'éliminer au moins les personnes qui étaient vraiment mortes par accident. Il allait y passer un temps fou. Cela ne le dérangeait pas vraiment, mais il avait conscience qu'il risquait de perdre son temps s'il ne parvenait à aucun résultat.
Lorsqu'il vit Thor, autre lieutenant de la Garde impartiale, entrer dans le café, Yemdel ne réagit pas immédiatement. Il connaissait un peu Thor pour avoir déjà traité avec lui dans le cadre professionnel : c'était un Lieutenant tout à fait sérieux dont il estimait les compétences. C'était quelqu'un de fiable et de sûr. Sans doute pour cette raison, Yemdel lui fit signe de le rejoindre. En effet, peut-être Thor pourrait-il l'aider dans son enquête... Il avait besoin d'un regard neuf et, surtout, il se rendait bien compte qu'il n'était pas capable d'assurer lui-même toute la direction de celle-ci.

« Bonjour collègue. Comment va le boulot ? »

La question semblait assez intéressée, dans la mesure où le dossier des victimes de l'enquête était soigneusement posé à côté de lui, à distance de son verre pour éviter de le tremper, et qu'il était évident que Yemdel avait l'intention d'y travailler. Mais Yemdel n'était pas du genre à faire semblant bien longtemps : si Thor ne lui proposait pas son aide, il allait la lui réclamer d'un instant à l'autre, lorsque les formules d'usage lorsqu'on rencontre quelqu'un d'autre seraient terminées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coeur souillé de noirceur
avatar
coeur souillé de noirceur


Masculin

MESSAGES ▲ : 95
DATE D'INSCRIPTION ▲ : 24/02/2015
AVATAR ▲ : Sweden - APH
DIT ▲ : Størm
ANECDOTE ▲ : I keep an eye on you.
MessageSujet: Re: Fin de journée. (Thor)
Sam 18 Juil - 10:55

Fin de journée, ft. Yemdel
Un jour qui s’achève, et je reste abonné aux heures supplémentaires - de mon propre gré. Toutefois, je ne compte pas passer encore une fois la nuit dans mon bureau - mon dos n’est pas d’accord - c’est pourquoi je glisse mes dossiers principaux dans ma sacoche afin de les consulter chez m… Oh et puis merde, non. Pas ce soir. Je dois me faire violence parfois et m’accorder un peu de repos, comme on me l’a conseillé... limite ordonné, plutôt. Je ne pas vraiment d’humeur massacrante, c’est juste que je n’ai pas de patience avec les imbéciles. Je soupire. Il ne manquerait plus que je m’énerve par la pensée.

Je claque les paumes de mes mains sur le bureau et me redresse d’un bond. Je m’apprête à partir et le soleil que je vois par la fenêtre n’est pas encore couché, bien qu’il borde actuellement son lit en nous faisant profiter de la vue de ses rayons rougeoyants qui crame mes rétines. Et mec, un peu de pitié pour mes mirettes, veux-tu ?  Un peu de pudeur que diable ! Tsss. Je desserre le haut de ma tenue en déboutonnant ma chemise de deux pressions. Quant à ma veste, je la laisse ouverte. J'aligne mes dossiers sur le sous-main, m'assure que mon porte-plume est bien nettoyé avant de le remettre sur son support vertical. D'une difficulté que je me dissimule, je me dirige vers la porte avec une sensation de vide. De manque. Je ne suis pas à l'aise ; j'ai un poids sur l'estomac, de ceux qui vous offrent bien malgré vous une impression d'œuvre inachevée. Je claque la porte que je verrouille à double tour avant de souffler un bon coup.

Pour la peine,  je ne vais pas rentrer tout de suite, mais plutôt m'offrir une pinte à la mousse bien épaisse et compacte à m’en faire pousser la moustache éphémère. Rien que la pensée de la fraîcheur du  liquide ambré coulant dans ma gorge me laisse oublier la chaleur de la journée passée, pourtant toujours flottant légèrement dans l'air. Je n'aime pas avoir chaud. Je retournerai bien à Rhode tiens. Toutefois, il me faudrait utiliser les centres de téléportation et depuis l’affaire Valentine, c’est hors de question. Dans la Grand Rue menant au quartier Albâtre, deux mômes s’agglutinent en bas, là, à mes pieds. Ils me provoquent de leur rire tout en m’envoyant leur ballon bleu. Je fronce les sourcils tout en sentant mes muscles du cou se décontracter. Je les connais plutôt bien, je les croise à chaque fois que je pénètre ce quartier le soir.
    Allez Lieutenant, vous n’allez pas nous gronder comme votre copain ?

Je hausse un sourcil, intrigué. Un “copain”. Un collègue ?
    Tu parles de qui, gamin ?

Je leur renvoie la balle un peu trop fort. Son camarade l’a rattrapée, mais l’a laissée lui échapper. J’en apprends un peu plus sur la description du type austère qui leur a froidement demandé de déguerpir de la chaussée.
    Je vois. Veillez quand même à n’ennuyer personne, la rue n’est pas un terrain de jeu.

Et comme pour contredire mes propres paroles, je récupère le ballon que je garde en main, au plus haut au dessus de ma tête. Ils sautillent autour de moi, je ne moufte pas malgré le sourire en coin qui se dessine sur mes lèvres. Ce n’est que par un procédé de courte échelle qu’ils parviennent à récupérer leur bien tout en me tirant la langue. Je ricane et continue ma route jusqu’à un café que je n’ai jusqu’alors jamais vu. Il semble plus attrayant extérieurement que mon bar habituel, mais je me demande s’ils y servent de la bière. Je hausse les épaules, décidant ainsi de suivre mon instinct pour y entrer.


DERRIÈRE LES FENÊTRES

Des vies, longtemps, se perdent



Je découvre ainsi un intérieur chaleureux et intimiste à la fois. La lumière ne prédomine pas mais ce qui n’est pas plus mal. Quelques visages se tournent vers moi, le gérant me souhaite la bienvenue tout en essuyant sa vaisselle derrière son comptoir. Les pompes qui s’y trouvent juchées répondent à ma question intérieure précédente. Je ne suis plus le sujet d’attention de l’assemblée, sauf de ce minois familier attablé à l’autre bout de la pièce. Yemdel est un gradé comme moi, il est un peu mon double d’un autre département. Physiquement, nous nous ressemblons pas mal si bien qu’il est déjà arrivé au Commandant de se tromper de nom. Très investit dans son job, aussi. A croire qu’il s’agit là d’une tare habituelle des Lieutenants de la Garde. Toutefois, je dois reconnaitre que ce mec a un putain de balai dans l’arrière train car niveau relationnel, c’est carrément la cata. Je ne sais même pas s’il a des amis. Enfin je dis ça, je dis rien, je ne sais pas si j’en ai moi-même. En tout cas, on ne peut lui reprocher cette passion qui l’anime dès qu’il s’agit de venir en aide aux âmes en difficulté, même si à contrario il n’hésite pas à rembarrer deux gosses qui s’amusent. Une âme contradictoire ? Un met de choix pour l’autre fou, mais peut-être pas assez pour faire un bon sujet d’expérimentation. Bref, je me perds. Je maintiens mon dos droit, comme d’habitude malgré l’allure pseudo décontractée. J’ôte ma casquette et la pose sur la table ronde en bois. Je remarque “les devoirs” que mon collègue a emmené en cet endroit. Un autre point commun ?
    Bonsoir, Yemdel.

Je m’installe, la chaise est dure. Mon royaume pour une banquette.
    Je croule sous les dossiers, qui fleurissent comme au printemps en ce moment.

“Fleurir comme au printemps” est une expression courante, mais dont j’ignorais le sens il y a peu.
    Je constate que même après le service, vous ne relâchez pas la pression. A croire qu’on a été conçu dans le même moule.  

On prend ma commande et la pinte ne tarde pas à arriver. Il y a peu de mousse, mais peu importe, je suis au bord de la déshydratation. Je la lève à son intention, et trinque.
    Aux bourreaux de travail.

J’avale une longue rasade de mon nectar, vidant ainsi le tiers du contenant de ma chope. Je la pose avec une délicatesse maladroite, observant ainsi les alentours à chaque mouvement de la clientèle. Simple réflexe. Je vois non loin le visage d’une âme féminine, réinitialisée il y a peu. Je porte à nouveau mon attention sur mon collègue, la curiosité dépassant mon besoin de me détendre.
    Sur quoi vous bossez, là ?

Plutôt que de parler de la pluie et du beau temps, on se raccroche au seul élément en commun qui nous rassemble.

Et qui nous ressemble.


#312f9c

Autre compte:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
corps éthéré de pureté
avatar
corps éthéré de pureté


MESSAGES ▲ : 97
DATE D'INSCRIPTION ▲ : 31/12/2014
FICHE RS ▲ : Alliés et ennemis.
Boîte aux lettres.

MessageSujet: Re: Fin de journée. (Thor)
Lun 20 Juil - 23:03

L'invitation fut acceptée, et rapidement, Thor prit place sur le siège libre face à Yemdel. Ce dernier se disait qu'il avait choisi la bonne personne pour l'assister dans son enquête : Thor avait la rigueur nécessaire pour traiter les cas épineux. Il hocha légèrement la tête pour exprimer son assentiment silencieux. Et les salutations d'usage se firent très rapidement.
La métaphore printanière de Thor ne lui arracha aucune réaction. Yemdel n'avait jamais été le genre de personne très sensible à la poésie et aux mots, mais avec son collègue, il ne faisait aucun effort pour se montrer sympathique. Il tenait pour acquis que Thor ne serait pas intimidé par un statut qu'il partageait, ni par une apparence austère et solide qui était nécessaire pour accomplir son métier. Plus que la forme, c'était le sens des mots qui comptait vraiment, et Yemdel ne put s'empêcher de ressentir un élan de compassion pour Thor : il partageait la même situation que lui, après tout. L'épais dossier qu'il avait posé à côté de lui, et que Thor avait remarqué, le prouvait. Yemdel haussa les épaules, du style la routine, quoi.

« Vous le savez comme moi, dans ce métier, s'il fallait respecter les horaires, on ne s'en sortirait jamais, répondit-il presque comme s'il s'excusait. C'est peut-être pour cela qu'il faut des hommes comme vous et moi pour assumer ce genre de responsabilité. »

Penser au travail qu'il accomplissait tous les jours et à ses succès emplissait toujours Yemdel de fierté. Il savait bien que tous les Lieutenants n'étaient pas aussi coincés qu'eux deux, mais plutôt que de voir cela comme un bienfait, Yemdel avait tendance à prendre de haut ses collègues moins sérieux que lui. À tort, évidemment. Avec Thor dans les parages, garder un soupçon d'humilité devenait difficile : l'autre Lieutenant était plus ou moins la confirmation de ce qu'il croyait que ce métier devait être.
Ils échangèrent un toast à leur boulimie du travail, Yemdel levant sa tasse de café fort pour trinquer avec Thor. Ils burent tous deux avant de revenir au cœur du sujet, au centre de leur vie, bref, à leur préoccupation majeure : le travail. Thor se renseigna sur le dossier que traitait actuellement Yemdel. Ce dernier lui octroya mentalement quelques bons points pour aborder de lui-même ce sujet. Il est vrai qu'il était difficile de faire autrement lorsqu'un aussi séduisant dossier se trouvait à quelques centimètres de son bras. Yemdel le saisit et le fit glisser vers Thor, lui signifiant par ce geste qu'il pouvait le consulter s'il le voulait. Le Lieutenant économisait ses mots : détailler l'enquête serait une tâche déjà bien ardue.

« Un dossier de victimes, présenta brièvement Yemdel. Enfin, de victimes potentielles. Je n'ai pas encore eu le temps de l'analyser. »

Par la même occasion, Yemdel s'excusait pour les éventuelles erreurs que ce dossier contenait. Il ne l'avait pas constitué, il ne l'avait pas examiné, ce qui signifiait qu'il pouvait encore être amélioré. Thor pourrait très certainement repérer les failles d'un simple coup d'œil.
Yemdel passa à autre chose :

« Il y a tout lieu de penser qu'une partie des morts dont la cause du décès est inexpliquée aient en fait été assassinés. Mon équipe dispose pour l'instant de trop peu d'éléments pour permettre de l'affirmer avec certitude, et ces morts paraissent tout à fait anodines. » Yemdel prit alors un air rusé. « Mais c'est justement ce qui nous a mis la puce à l'oreille. Autant de morts inexpliquées dans un délai aussi court ? Cela semble difficile à croire. »

Parler de statistiques n'était pas vraiment probant, dans la mesure où personne n'avait pris la peine d'étudier la question, et il était bien entendu impossible de s'appuyer sur les statistiques terrestres – d'abord, parce qu'il n'y avait aucun moyen qu'un habitant de Libra pût s'en souvenir, ensuite, parce que ce monde n'était pas régi par les mêmes règles que la Terre. Rappelons que les Damnés étaient censés composer la moitié de ce monde : la concentration de criminels était donc plus forte. Enfin, parce qu'il existait des statistiques plus intéressantes à faire que celle-ci. En l'absence de chiffres fiables, le travail de la brigade qui travaillait sur cette affaire avait été complexe, mais lorsqu'on lui avait présenté les résultats, Yemdel avait tout de suite compris que quelque chose se tramait dans l'ombre. Derrière les rues animées de Libra se cachait un bien sombre secret.

« En plus de leur nombre, ma brigade a remarqué plusieurs caractéristiques qui reviennent fréquemment. Les heures précédant l'amnésie causée par la mort ont été paisibles : toutes les victimes potentielles se trouvaient chez elles, ou dans des lieux qu'elles avaient l'habitude de fréquenter, et elles respectaient leur emploi du temps habituel. Il n'y a en théorie aucun signe qu'elles aient été mises en danger durant la période de temps qu'elles ont oublié, aucun incident sur la voie publique recensé, ce qui laisserait penser qu'elles ont succombé à un accident domestique, là où personne ne pouvait les voir. »

Yemdel savait qu'un raisonnement reposant uniquement sur des hypothèses et des coïncidences était un peu léger, et il ne s'étonnerait pas de voir Thor lui répondre que tout cela n'était que pure spéculation. Yemdel lui-même n'y aurait pas prêté attention si son envie de connaître les raisons de la mort de chacun des habitants de ce monde ne l'avait pas poussé à se pencher sur ces morts inexpliquées. Pour certains gardes, elles n'étaient qu'un détail, mais lui les voyait comme les pièces manquantes d'un puzzle censé représenter Libra dans son intégralité. Il n'aurait pas été correct de sa part de les abandonner.
Mais bien sûr, Yemdel avait réservé un atout pour la fin, un atout qu'il n'avait pas encore exploité parce qu'il savait qu'il s'agissait du meilleur élément que son équipe avait trouvé à ce jour.

« Oh, et il y a un détail que je n'ai pas encore mentionné. Quasiment toutes les personnes correspondant à cette description étaient des Damnés. »

Pour l'heure, il était encore trop tôt pour exclure les quelques Sauvés et Vagabonds qui faisaient partie de la liste, mais il était bien évident que cela arrangerait les affaires de Yemdel si ceux-ci n'étaient pas concernés. Une affaire où les victimes correspondaient à un type particulier était toujours un rêve, puisque cela rendait les recherches bien plus faciles.
Encore fallait-il qu'il y eût véritablement une affaire. Yemdel en tout cas voulait persuader Thor que c'était bien le cas.

« Enfin, vous ne partagerez peut-être pas mes conclusions et trouverez peut-être qu'elles sont excessives, mais j'ai pour ma part le sentiment qu'il y a quelque chose qui se déroule sous nos yeux et que nous sommes incapables de voir. »

À présent qu'il avait terminé son rapport, Yemdel jugea qu'il n'était plus nécessaire d'y ajouter quoi que ce fût : ç'aurait été superflu. S'il n'avait pas convaincu Thor par les éléments dont il disposait, il savait qu'il n'y aurait aucun moyen de le faire changer d'avis. Thor n'était pas le genre de personne à se laisser guider par ses sentiments. Ce n'était pas plus le cas de Yemdel, après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coeur souillé de noirceur
avatar
coeur souillé de noirceur


Masculin

MESSAGES ▲ : 95
DATE D'INSCRIPTION ▲ : 24/02/2015
AVATAR ▲ : Sweden - APH
DIT ▲ : Størm
ANECDOTE ▲ : I keep an eye on you.
MessageSujet: Re: Fin de journée. (Thor)
Lun 3 Aoû - 19:36

Fin de journée, ft. Yemdel
"Respecter les horaires". Que voilà un drôle de terme dans ce monde qui est le nôtre. Il est vrai que les enquêtes tendent à pulluler si on traine à les gérer et sur Libra ça peut vite devenir un fardeau: ce n'est pas le manque de temps qui fait défaut puisque l'éternité fait parti de notre essence, toutefois nos effectifs sont restreints. La population sur Libra s'étend par l'apparition de ces âmes immigrantes, surgies de nulle part si ce n'est des tréfonds de cet univers intérieur, notre constitution, notre existence. Nous-même. L'idée que la cause soit l'affaiblissement de Thémis me donne la chair de poule. Le hauts gradés tels que Le Commandant et nous autres Lieutenants sont sollicités plus que jamais, car sans Thémis, c'est tout Libra qui en paie le prix. Nous sommes ses bras armés, et pourtant sans Elle, le chaos menace notre monde à chaque instant. Alors oui, la brigade est plus indispensable que jamais. Nous devons nous serrer les coudes et redoubler d'efforts. Quitte à se mêler aux autres départements et brigades.
C'est ainsi que je tends la main vers le dossier de mon collègue. Le repos, c'est pour les faibles. L'appel de la justice est plus forte, aussi j'ouvre la pochette tout en écartant mon verre.

LE BONHEUR EST POUR CEUX QUI DORMENT
la justice est pour ceux qui veillent.


J'écoute le résumé que me présente Yemdel, tout en surfant entre les pages, imprimant intérieurement les visages "des victimes potentielles". Quelque chose me titille déjà, sans savoir quoi exactement. Je considère déjà ce dossier comme prioritaire et m'en accapare involontairement. Mode hard activé, insert coin to continue. Des mots ressortent plus que d'autres et ce sont des engrenages qui s'activent et s'accélèrent dans la machinerie de mon être tout entier. Ceci change des petits délits que je gère. Même si je n'affiche rien, c'est un sourire intérieur qui m'habite : l'excitation d'une véritable enquête. Je fronce les sourcils en accélérant la consultation des fichiers.
    Beaucoup de questions relativement simples posées par vos gardes et adjudants n'ont pas de réponses. De plus, ce serait plus simple si vos fichiers étaient rangés par ordre alphabétique.

Ce disant, je m'attèle au rangement. Je me fiche éperdument de savoir si c'est une bonne chose, sachant que mes manières peuvent être traduites comme une critique. Ainsi, je sors du tas ce qui peut être considéré comme des duplicatas sauf que les signatures des dépositions démontrent le contraire. Je me stoppe un moment en considérant certains portraits et m'affale contre le dossier de ma chaise. J'oublie le manque de confort en faisant travailler ma mémoire. Je ferme les yeux et me projette ailleurs. Derrière mes paupières, moi Thor, simplement témoin, assiste à la scène où tout recommence, là où j'ai eu l'occasion de voir Valentine à plusieurs reprises. Je mets le psy de côté pour me pencher sur d'autres visages, d'autres regards hagards ou perdus. Des photographies se superposent à mes souvenirs, mes paupières se redressent brusquement.
    Hm. Des Damnés, vous dites ?

Je poursuis le rangement des fichiers et en pioche certains que je mets sur le côté, comme si je les avais sélectionnés par hasard. Sauf que le hasard est une idée qui m'insupporte. Rien n'est dû au hasard, et il en va de même pour l'instinct.
    Si vous estimez que ce détail a son importance, c'est que c'est le cas, Lieutenant.

Je tend à Yemdel quatre tas. Je les désigne les uns après les autres, dont deux en même temps.
    Trois fichiers pour la même victime ici, deux pour ces deux là et enfin...sept pour ce dernier. Pas de doublons, ils n'ont pas été rédigés par les mêmes gardes. Je me souviens avoir assisté à leur retour. Ce sont...des personnes sans histoire. Tous des Damnés en effet et d'après le registre, apparus sur Libra après l'affaissement de Thémis.

Je ne vais pas m'étendre sur mon hobbie. Dire que j'assiste régulièrement à la renaissance des âmes n'est peut-être pas une bonne idée. C'est pourquoi je préfère mettre l'accent sur leur damnation et sur le fait que Thémis les ait envoyés dans le mauvais groupe. Maintenant que j'y pense, Thémis m'a donné ma chance dans les mêmes conditions. C'est un sujet que je préfère m'épargner car j'estime qu'être dépourvu de haine est une bonne chose pour moi, quitte à ce que je passe pour une mauvaise personne. Au moins, ma situation prouve qu'il ne faut pas juger un livre à sa couverture et qu'une âme damnée ne l'est peut-être pas tant que ça. Et que ce n'est pas parce qu'on n'a rien eu à payer qu'on vaut plus qu'un autre. Il n'y a qu'à voir mon frère, ce crétin. Voilà pourquoi nous sommes importants, nous, les membres de la Garde Impartiale. Nulle âme ne vaut plus ou moins qu'une autre. En revanche, je tends trop facilement à me méfier de ces hères qui sillonnent nos rues par la faiblesse de Thémis et donc, à Son insu. Si Elle n'a pas décidé de leurs présences, nul ne les justifie à part les âmes elles-mêmes.
    Il est évident que quelque chose de malsain se trame. Reste à savoir, à qui profite le crime, et bien entendu pour quelle raison. Peut-être devriez vous vous rapprochez de ces victimes-là - je désigne les quatres tas de feuilles - afin d'en savoir plus ?

Je songe à tous ces dossiers d'affaires mineures qui m'attendent au bureau. J'en soupire d'exaspération tout en reprenant ma pinte que j'ai ignorée depuis.
    En tout cas, si vous souhaitez, je peux me joindre à vous.

J'avale une fois de plus un bon tiers de ma chope. Je ne souhaite pas m'accaparer le travail de mon collègue, ni m'en accorder le mérite mais... Je ressens le besoin de m'en mêler. Parce que j'aime ce papillonement au plus profond de moi rien qu'à cette idée. De l'action bordel, c'est tout ce que je demande. Marre de la paperasse.


#312f9c

Autre compte:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
corps éthéré de pureté
avatar
corps éthéré de pureté


MESSAGES ▲ : 97
DATE D'INSCRIPTION ▲ : 31/12/2014
FICHE RS ▲ : Alliés et ennemis.
Boîte aux lettres.

MessageSujet: Re: Fin de journée. (Thor)
Mar 1 Sep - 16:12

Yemdel accepta avec beaucoup d'humilité la remarque justifiée de Thor sur le rangement du dossier. Il n'en était peut-être pas directement responsable, puisqu'il n'était pas celui qui l'avait constitué, mais il n'avait pas pensé à le faire, et cela était de sa responsabilité. Trouver et appliquer une méthode de classement était la règle principale du bon dossier. Bien sûr, Thor semblait faire plus que cela, puisqu'il faisait également du tri dans les documents, semblant s'intéresser particulièrement à certains d'entre eux. Que pouvait-il bien voir que lui-même n'avait pas vu ? Yemdel attendait avec une curiosité impatiente le résultat de sa réflexion. Ce dernier lui rendit bientôt le dossier, en pointant du doigt des répétitions dans les procès-verbaux. Yemdel parcourut du regard les fiches mentionnées pour se rendre compte que Thor avait totalement raison.

« Eh bien, vous faites mon travail à ma place, mon cher collègue, commenta-t-il avec une note évidente de satisfaction. Vous avez totalement raison. »

Tout de même, ces répétitions étaient étranges. Yemdel crut tout d'abord qu'ils renaissaient plusieurs fois, mais cela ne semblait pas être le cas. À croire que les victimes du « complot » qu'il envisageait n'étaient visées qu'une seule fois par les personnes que Yemdel soupçonnait être derrière cette affaire. Les doublons étaient-ils une faute bureaucratique, deux personnes faisant le même travail en même temps sans s'en apercevoir, ou bien s'agissait-il des cas les plus troublants, qui avaient nécessité plusieurs interrogatoires ? Yemdel préférait pour l'heure ne pas tirer de conclusions hâtives.
Il était en tout cas satisfait de constater qu'il n'était pas le seul à sentir quelque chose de louche dans l'affaire. De malsain, comme avait dit, à juste titre, Thor. Ces morts inexpliquées étaient des symptômes. En tant que tels, ils prévenaient l'observateur d'une maladie infectieuse bien cachée, qu'il convenait de traiter avant qu'il ne fût trop tard. Yemdel espérait sincèrement qu'il n'était pas trop tard. Les jours étaient bien sombres, à Libra ; un scandale supplémentaire n'était vraiment pas souhaitable.
Thor lui indiqua quelques victimes à surveiller. Yemdel n'avait pas besoin de lui demander quels critères il avait utilisé pour effectuer cette sélection, tant elle paraissait évident. Ces affaires étaient justement celles qui paraissaient les plus louches et qui lui avait mis la puce à l'oreille. Les victimes s'étaient réveillées sans pouvoir parler de leur mort, se comportant de façon agressive envers les agents qui les avaient interrogés, et le rapport concluait qu'ils avaient quelque chose à cacher. Il hocha la tête tandis qu'il notait les noms dans son esprit.

« Vous disiez que vous aviez assisté à leur retour, nota Yemdel. Avez-vous remarqué quelque chose d'étrange chez eux ? Une désorientation plus forte que d'habitude, une méfiance accrue envers nos gardes, une incohérence dans leur récit ? »

La méthode de Yemdel était simple : procéder par étapes stratégiques. D'abord, réunir un panel de cas pouvant faire partie de leur affaire pour observer les similitudes et noter tous les comportements et éléments suspects. Tel était le travail qu'il s'était donné, et que Thor venait d'accomplir. Ensuite, obtenir des informations supplémentaires en ayant recours à des témoins. Yemdel se sentait particulièrement chanceux d'être tombé sur un Lieutenant qui pouvait témoigner : d'habitude, dénicher les témoins et les convaincre de parler était un travail fastidieux que Yemdel détestait faire. Tout était tellement plus simple lorsque la Garde Impartiale voyait ce qui s'était passé. Enfin, moment de grâce que tout Lieutenant adorait, plonger dans l'enquête elle-même. Surveiller les suspects, comme l'avait proposé Thor, mais aussi recueillir des indices, mener d'autres interrogatoires, et voir où tout cela menait. Et, si tout allait bien, l'enquête se clôturerait par une vague d'arrestation, mais ce résultat devait se mériter.
Naturellement, l'aide de Thor serait plus que nécessaire.

« Si vous ne vous étiez pas proposé, je vous l'aurais demandé moi-même, avoua Yemdel. Je crains que cette affaire soit d'envergure trop grande pour être traitée par une seule personne. »

Et il comprenait l'intérêt de Thor... ce n'était pas le genre d'enquête que l'on pouvait mener tous les jours. Ses instincts d'enquêteur devaient certainement s'être éveillés depuis que Yemdel lui avait présenté cette affaire. Ce dernier savait reconnaître un travail intéressant lorsqu'il en voyait un, mais il n'avait peut-être pas la même passion du métier que son collègue. Il voulait juste arrêter l'horreur qu'il imaginait se dérouler dans les rues de la ville en ce moment-même. Il savait très bien que, dans son ancienne vie, il n'avait pas été quelqu'un de très recommandable, quand bien même la balance l'avait absous de ses précédents pêchés. Il ne voulait pas refaire les mêmes erreurs.
Une gorgée de son café amer lui remit les idées en place. Garder la direction de l'enquête pour lui-même ne lui convenait pas, il préférait partager les tâches et les responsabilités. Mais avant cela, il convenait de s'organiser et de savoir qui allait faire quoi. Il partagea à voix haute ses intentions :

« Je vais, comme vous me l'avez conseillé, partir interroger ces témoins dans les plus brefs délais. Je ne pense pas qu'ils me révéleront beaucoup, mais je tiens à avoir un témoignage frais. Mais j'espère ne pas alerter les malfaiteurs. S'ils savent que nous sommes à leur recherche, ils risquent de redoubler d'efforts pour nous échapper, voire de disparaître dans la nature en attendant que nous baissions notre garde. J'enverrai bien quelques équipes effectuer des surveillances aux points les plus mentionnés dans ce dossier. Peut-être avez-vous également des équipes à me prêter. »

Cela étant, tout serait plus simple s'ils pouvaient mener une perquisition en bonne et due forme des maisons des victimes pour aller récolter des indices, mais cela ne se faisait pas. On ne pouvait pas fouiller une maison simplement parce qu'on pensait que son propriétaire avait peut-être été victime d'un meurtre. Le propriétaire refuserait, à raison. Il fallait que la démarche vienne d'eux-même.

« Avez-vous envie de faire quelque chose en particulier ? s'enquit Yemdel, qui n'avait pas l'intention de donner des ordres à son collègue. Nous pouvons séparer les visites si vous le voulez, cela nous laissera plus de temps pour nous pencher sur les tracasseries administratives. Je pense qu'il serait bien de consulter les registres de plaintes pour voir si nos victimes ont fait une déclaration dans les jours qui ont suivi leur mort qui pourrait nous intéresser. Il y a peut-être un mobile derrière tout cela, n'est-ce pas ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Fin de journée. (Thor)

Revenir en haut Aller en bas
 

Fin de journée. (Thor)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
  :: Libra, la Citadelle :: Quartier Albâtre-
Bouton UpBouton Down